Les Rougon-Macquart, tome 16 : le Rêve d'Emile Zola

Publié le par Walpurgis

Classique

Format ebook

Edition : Bibebook

Date de parution : 2016

Le jour de Noël 1860, devant la cathédrale de Beaumont enneigée, Angélique, une enfant trouvée et martyrisée, cheveux blonds et regard couleur de violette, est recueillie par Hubertine et son mari Hubert. Ils élèvent la sauvageonne qui apprend la broderie et se met à lire avec passion La Légende dorée de Jacques de Voragine. Une vie de travail et de piété, illuminée bientôt par l'idylle qui se noue entre Angélique et Félicien.

Avec Le Rêve, Emile Zola nous propose une parenthèse onirique et enchantée au sein des Rougon-Macquart. Angélique, l'héroïne du roman, est la fille de Sidonie Rougon. Fille naturelle, Angélique est vite abandonnée par sa mère et se retrouve donc en 1860 à l'âge de neuf ans perdue en Picardie dans ce village de Beaumont.

Le roman est très doux. Beaucoup de passages sont consacrés aux saints et à leurs vies puisqu'Angélique est fascinée par le livre La Légende dorée de Jacques de Voragine. La petite fille puis l'adolescente resteront toujours dans un état d'esprit coincé entre rêve et réalité mêlant les deux sans véritable frontière. Angélique est un personnage presque surnaturel tant elle chérit les miracles et son instinct magique. sa vie se régule sur une vie quotidienne travailleuse mais aussi sur le rythme de la nature où le moindre mouvement de brise est interprété. Suivant la trace de ses parents adoptifs, elle brode et se révèle d'un talent rare qui transcende son travail. Angélique dont le nom veut déjà beaucoup dire paraît comme touchée par la grâce car elle a aussi pour elle sa beauté et sa pureté. Les tares de sa famille naturelle (passion exacerbée et violence explosive) sont tenues en échec par cette nouvelle éducation et un environnement serein. Zola, finalement, veut nous convaincre qu'on peut échapper à ses gènes en travaillant sur son comportement et en quittant l'environnement originel. A l'adolescence, la jeune fille dirigera sa passion sur la légende des Hautecoeur, cette famille aristocratique qui a régné sur la région mais dont subsistent des ruines de château et une famille plus que clairsemée. Et l'amour apparaîtra à la jeune fille sous cette forme transcendantale que le personnage chérit tant.

Avec ce roman qui détonne dans la série, Zola n'oublie pas pour autant de nous décrire ce village au charme fou où la vie est régentée par la cathédrale et la fête des saints. Il y a une ambiance de conte de fées assez étonnante mais qui en garde les codes cruels et tragiques tels les contes de Grimm ou de Perrault. Finalement Le Rêve est une histoire d'amour contrariée où les obstacles doivent être franchis. Le final finit dans une apothéose tragique mais qui sied bien à l'héroïne.

Malgré mon appréhension, j'ai finalement plutôt apprécié ce roman atypique de la série. Le côté conte de fées originel m'a bien plu ainsi que la personnalité exacerbée de l'héroïne. Les pages se tournent sans déplaisir et je n'ai pas ressenti de lenteur malgré le rythme doux du livre.

 

 

Publié dans Classique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mypianocanta 26/10/2020 13:57

Je garde un souvenir très flou de ma première lecture de ce roman, mais ce que tu en dis me donne envie de m'y replonger… Bientôt !

Walpurgis 26/10/2020 14:20

J'avais une petite appréhension avec l'avis mitigé qu'avait Rascar Capac mais finalement j'ai aimé ce roman très doux et onirique. Comme ça reste du Zola, il y a un côté cruel aussi.