Excessives ! Destins de femmes incroyables au XIXe siècle de Louise Ebel

Publié le par Walpurgis

Biographies historiques

Grand format

Edition : Favre

Date de parution : 2019

Nombre de pages : 250

Elles se prénomment Berthe, Henriette, Madeleine ou Geneviève, et on les disaient excessives. Des salons cossus aux assommoirs de la Butte, ces six femmes ont jeté leur exubérance à la face du monde, elles ont déchiré le papier avec leur plume passionnée, fait du beau leur pain quotidien et du caprice un art, et envoyé valser l'ordre établi. Elles ont posé des bombes, tailladé des fourrures, organisé des messes noires et semé les conquêtes. [...]Il est grand temps aujourd'hui de remettre en lumière les destins flamboyants de ces grandes funambules du réel qui, par leurs outrages, ont ouvert la voie aux héroïnes de notre temps.

Avec Excessives, Louise Ebel réhabilite six femmes dont on a interprété l'audace de vivre selon leurs propres désirs comme de l'hystérie. Célébrées mais aussi vilipendées et âprement critiquées, ces femmes ont toutes connu une fin tragiques. Pourquoi le choix de ces six femmes ? Car elles ont toutes baignées dans le monde artistique du XIXe siècle mais hélas plus reconnues pour leurs vies extravagantes que pour leurs talents. Elles souffriront toutes des critiques acerbes, majoritairement masculines, qui ne conçoivent pas qu'une femme puisse avoir des capacités intellectuelles et le goût d'une vie libre de toutes entraves. Le modèle féminin idéal du XIXe siècle est la femme au foyer, soumise à l'homme. Si elle choisit un autre modèle, elle ne vaut alors pas mieux que les prostituées ! Mais ces six femmes ont fait le choix audacieux de vivre comme elles l'entendaient. Evidemment elles n'étaient pas dénuées de défauts mais on ne peut qu'admirer la force de caractère qui les animait toutes.

Geneviève Lantelme :

Actrice flamboyante de grande beauté et mariée à un riche homme d'affaires, Geneviève va régaler le tout-Paris de ses frasques. Son décès prématuré dans des circonstances troubles et la double profanation de son tombeau donnent un goût de légende à cette artiste.

Henriette Maillat :

Comparée à Emma Bovary l'héroïne de Flaubert, elle est pourtant plus que ça ! Maîtresse de plusieurs écrivains, elle leur inspire des personnages peu flatteurs. Ses lettres pleines d'emphase montrent un talent littéraire certain. A partir de 1911, on perd sa trace...

Berthe de Courrière :

Devenue riche après avoir été muse, elle mène une vie extravagante baignée dans l'ésotérisme. Avec Henriette Maillat, elle inspire Huysmans pour son roman Là-Bas avec le personnage de Mme Chantelouve.

Madeleine Deslandes :

Vivant dans son Fairy Land, Madeleine Deslandes connaît le succès littéraire sous le pseudonyme d'Ossit. Plus connue pour ses liaisons bisexuelles et son extravagance, elle exporte pourtant le préraphaélisme en France.

Wilhelmine (Minna) Schrader :

Reine du Paris bohème et anarchiste convaincue, Minna va tomber dans la spirale de l'asile psychiatrique multipliant les entrées et les sorties les trente dernières années de sa vie.

Gisèle d'Estoc :

En adoptant un pseudo inspiré de l'escrime, cette féministe donne le ton. Adepte du pantalon et des cheveux courts, elle devient la compagne de Maupassant et voit l'écrivain sombrer dans la folie. Journaliste, écrivain et membre de la Ligue de l'affranchissement des femmes, Gisèle est la définition même de la rébellion.
 

J'espère que ces brefs portraits vous donneront envie de vous plonger dans ce livre passionnant. On sent tout le travail de recherche qui se cache derrière ces pages. Un ouvrage plaisant et intéressant qui plaira aux férus d'histoire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article