Le livre de l'intranquillité de Fernando Pessoa

Publié le par Walpurgis

Littérature contemporaine

Grand format

Traduction : Françoise Laye

Edition : Christian Bourgeois

Date de parution : 2011

Nombre de pages : 597

« En ces heures où le paysage est une auréole de vie, j'ai élevé, mon amour, dans le silence de mon intranquillité, ce livre étrange... » qui alterne chronique du quotidien et méditation transcendante. Le livre de l'intranquillité est le journal que Pessoa a tenu pendant presque toute sa vie, en l'attribuant à un modeste employé de bureau de Lisbonne , Bernardo Soares.

Parfois on rencontre des oeuvres dont on sait qu'elles vont nous marquer. C'est le cas ici avec Le livre de l'intranquillité oeuvre posthume de Fernando Pessoa, attribuée à son hétéronyme Bernardo Soares.

Rien que dans cette dernière phrase, on dit que c'est compliqué. Hétéronyme, kézako ? Les hétéronymes de Ferando Pessoa (il en a créé plusieurs) étaient des créations de son esprit. Chaque hétéronyme possédait son autobiographie propre, son style, ses pensées. J'avoue, ça m'a fait penser au film Split où l'antihéros possède 23 personnalités. Pessoa utilisait donc ses hétéronymes pour écrire d'où une oeuvre diverse. Mais Mr Pessoa qui a dédié sa vie à la création et à écrire, s'est fait peu publié de son vivant (quelques articles). Poète aux multiples visages, il était aussi un homme complexe .

Se définissant comme un "sensationniste", les sens jouent un rôle important dans sa philosophie, il part en quête de son soi car "Je est un autre". Une recherche pleine d'angoisse qui l'amène à se réfugier dans le rêve et la contemplation. D'où ce livre de l'intranquillité, l'intranquillité se définit comme une incapacité à s'ancrer dans le réel et donc à être inexistant. C'est le constat de Pessoa sur la vie, notre vie n'est qu'absurdité et vide de sens, c'est un livre sur le désenchantement du monde.

Mais est-ce vraiment Pessoa qui a écrit cela ? Car finalement celui qui a créé ce livre s'appelle Bernardo Soares, il est comptable dans une petite entreprise dont les locaux se situent rue des Douradores à Lisbonne. Il mène une vie tranquille de célibataire, ne voyage pas et contemple avec poésie Lisbonne, ville qu'il adore. Soares décide de parler de sa vie et d'écrire son "autobiographie sans événements". Homme banal menant une vie d'ennui, il se plonge dans la contemplation esthétique, seule distraction en attendant la mort. Son quotidien est magnifié par son travail d'écriture où il expose la beauté qu'il perçoit. 

Au fil de la lecture, la souffrance liée à la solitude et à la banalité de son existence fluctue selon les humeurs de l'auteur. La nuit, les orages et les crépuscules font partie des inspirations récurrentes qui émaillent "une vie suffisamment lente pour être toujours au bord de l'ennui." Une monotonie qui pourrait sembler fatale mais qui est voulue car cette dernière est en nous et non pas dans ce qui nous entoure. Soares revendique même "un amour organique et fatal pour la fixité."

A travers ces lignes, on ressent tout l'amour des mots, de la littérature et de la grammaire de Pessoa. Certains passages sont construits avec audace recherchant à coller au plus près des sensations que les mots existants ne peuvent définir. D'ailleurs les sens se parent parfois de nostalgie avec un éveil aux souvenirs grâce à l'odeur d'une cigarette ou au goût d'un bonbon. 

A la fin de l'ouvrage, sont regroupés des Grands textes très symboliques dont le très poétique Dans la forêt du songe. Ces textes à forte porté symbolique reprennent toutefois les idées déjà rencontrées : conscience de n'être rien et que le réel n'est que souffrance. Un avis qu'il partage avec les romantiques qu'il aime citer : de Vigny, Chateaubriand ou encore Verlaine.

"Ce qu'il y a de plus douloureux dans le rêve, c'est qu'on n'existe pas. En fait, on ne peut pas rêver".

Le livre de l'intranquillité est une oeuvre poétique incroyable et unique marquée par le désenchantement de son auteur. A la fois journal autobiographique, carnet de pensées philosophiques et récit poétique, ce livre possède une richesse extraordinaire que j'ai à peine frôlé dans cette chronique. Pessoa est considéré comme l' un des plus grands écrivains portugais et cette oeuvre montre clairement pourquoi. Bien que parfois difficile à appréhender, Le livre de l'intranquillité est un petit bijou qui va me marquer à vie, j'en suis certaine !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pascal amour 06/05/2021 09:59

Dans la dernière traduction qui correspond aux dernières études portugaises, ce n'est plus seulement Bernado Suares qui est utilisé comme hétéronyme Il y a à présent deux autres auteurs hétéronymes qui occupent le récit. Un employé de commerce, Vicente Guedes et un noble, le baron de Teive.

Je ne peux que te conseiller la lecture de ce poème de Pessoa.
http://dormirajamais.org/bureau/

Ate proxima

Walpurgis 06/05/2021 11:06

Merci Pascal ! En effet on parle d'eux dans la postface ! Vraiment quelle oeuvre d'une richesse incroyable !