Les conquistadores de l'Amérique centrale de Jules Verne

Publié le par Walpurgis

Biographies historiques

Grand format

Edition : Le Chardon bleu

Date de parution : 1996

Nombre de pages : 191

Les conquistadores, ce sont ces hommes mi-aventuriers, mi-explorateurs qui à la suite de Christophe Colomb vont embraser l'Amérique.
Jules Verne raconte leur histoire : celle d'Améric Vespuce, Ponce de Léon, Balboa, la marche de Cortès sur Véracruz et Mexico, la conquête du Pérou par Pizarre, les luttes pour le pouvoir.

Ahlalala ! Si on m'avait dit que je serais déçue par ce livre et par Jules Verne et bien je ne l'aurais pas forcément cru ! Jules Verne c'est l'un des auteurs de mon enfance qui m'a fait voyager et m'a donné envie de devenir exploratrice. Les conquistadors est un sujet qui m'intéresse mais que je ne connais pas très bien, c'était donc l'occasion d'en apprendre davantage. 

Vu le résumé, je m'attendais aux biographies de plusieurs personnages : Amerigo Vespucci, Ponce de Léon, Balboa, Cortés et Pizarro. En fait, il s'agit plus d'une synthèse des parcours de chacun au sein du Nouveau Monde et de leurs luttes de pouvoir. Les chapitres sont succincts mais permettent de s'immerger dans le sujet si on est débutant. Petite remarque sur les noms francisés qui donnent un côté très désuet à la lecture voire perturbant. Dans cet article, je me permettrai de mettre les noms sous leur forme communément utilisée et non comme dans le livre.

Le livre se sépare en trois parties : Hojeda, Fernand Cortes, la Triple Alliance. Autant vous dire que c'est un peu trompeur car les chapitres sont un peu fourre-tout et on parle de bien plus de conquistadors que le laisse penser la table des matières. Jules Verne dresse de ceux-ci des portraits sans complaisance en mettant le doigt sur la fièvre de l'or et des richesses qui animaient ces hommes, leur envie de régner sur des terres même si certains avaient aussi soif d'exploration et pas seulement de gloire. La cruauté et la fourberie ont été mises en avant pour berner les incas et autres peuples afin de les asservir ou de les anéantir. Toutefois, il faut aussi comprendre, notamment pour les incas, qu'eux-mêmes étaient des conquérants asservissant d'autres peuples bref l'histoire se répète...

Jules Verne dresse un rapide état des lieux de la situation du Nouveau Monde après que Christophe Colomb l'ait découverte. Les expéditions se multiplient au grand désarroi de l'Amiral qui voient ses prérogatives disparaître particulièrement à partir de sa troisième expédition (1498-1500). Parmi les rivaux, le conquistador Alonso de Ojeda (Hojeda dans le texte), ancien compagnon de la deuxième expédition de Colomb, connu pour son tempérament cruel et guerrier. Mais aussi Amerigo Vespucci (Vespuce) qui donnera son prénom à l'Amérique dont Jules Verne minimise le rôle vu que la présence du navigateur ne soit pas avéré pour certains voyages. D'autres conquistators sont présents bien que nettement moins connus mais dont les découvertes furent importantes : Cuba, le Yucatan, le golfe du Mexique...

Le deuxième chapitre est consacré à Hernan Cortés (Fernand Cortés). Très connu, il fera tomber l'empire aztèque en s'emparant de Tenochtitlan (Mexico) et en prenant en otage leur empereur Moctezuma. La réussite de Cortés est l'une des étapes fondamentales de la conquête espagnole sur le Nouveau Monde. Un chapitre complet qui tranche avec l'impression brouillonne du premier. Le dernier chapitre parle en fait de Francisco Pizarro (François Pizarre) qui va monter une expédition avec deux mécènes d'où le nom de triple alliance. Là encore le chapitre est complet sur celui qui va conquérir l'empire inca. Profitant d'une guerre civile au sein de l'empire, Pizarro va s'octroyer le territoire ce qui sera le Pérou avant d'être victime des rivalités espagnoles.

Si le sujet est intéressant, je regrette la forme très scolaire de ce livre. J'ai été un peu déçue car mis à part les conquistadors moins connus qui sont présentés rapidement, on parle surtout de Cortés et Pizarro, en général ceux dont les exploits sont plus connus. Il vaut donc mieux ne rien connaître sur le sujet pour lire ce texte.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article