La Trilogie du mal, tome 1 : L'Âme du mal de Maxime Chattam

Publié le par Walpurgis

Thriller

Format poche

Edition : Pocket

Date de parution : 2003

Nombre de pages : 517

Pas plus que sa jeune acolyte, le profileur Brolin ne pense que les serial killers reviennent d'outre-tombe. Fût-il le bourreau de Portland qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper. Mais le bourreau est mort et le carnage se poursuit. Le nouveau tueur agit-il seul ou fait-il partie d'une secte ? Pure sauvagerie ou magie noire ?
Brolin a peur. Cette affaire dépasse tout ce qu'on lui a enseigné. S'immerger complètement dans la psychologie d'un monstre, le comprendre afin de prévoir ses crimes, devenir son double, tels sont les moindres risques de son métier. Peut-on impunément prêter son âme au mal ?

Lorsque j'ai mis la photo du livre sur Instagram, beaucoup de monde s'est montré enthousiaste pour ce thriller signé Maxime Chattam. Souvent cité comme ses meilleurs oeuvres, les trois tomes de La Trilogie du Mal ont donc connu un beau succès. C'est un ami qui m'a donné L'âme du mal, premier opus de la trilogie qui met en scène l'inspecteur Josh Brolin. Déjà j'en veux un peu à Chattam d'avoir pris ce nom car je n'ai pas pu m'imaginer le personnage autrement qu'avec le physique de l'acteur Josh Brolin. je ne sais pas si c'est un hommage mais de ce fait ça m'a un peu perturbé.

Ce personnage de Josh Brolin est plutôt sympathique. Formé au FBI, il a trouvé sa raison d'être sur le terrain à Portland. Il est talentueux, intelligent mais il se sent seul. Ce n'est pas un type de personnage très original pour un policier mais on s'attache à lui. L'autre personnage principal est donc Juliette Lafayette. C'est la dernière victime du Bourreau de Portland, sauvée in extremis par l'inspecteur Brolin. Je regrette un peu que l'auteur soit tombé dans le piège de la fille belle, non consciente de son charme. Une fille intelligente qui a une grande auto-analyse, femme forte un peu caricaturale. Je n'ai pas trop eu de sympathie pour elle surtout qu'elle est rendue niaise par sa relation avec Brolin. 

L'enquête est intéressante à suivre surtout que le nouveau tueur est malin sans être dans le narcissisme qui fait tomber la plupart d'entre eux. La petite plongée dans l'Amérique profonde est un moment que j'ai particulièrement apprécié. Finalement j'ai même trouvé ça aussi glauque que les crimes ! Si je me suis un peu ennuyée lors de ma lecture, les derniers chapitres et la fin m'ont un peu réconcilié avec le livre. Un petit regret est que le prologue donne finalement pas mal d'indices si on commence à faire fonctionner le cerveau au lieu de se laisser porter par le récit. Il y a aussi une petite partie ésotérique qui se révèle décevante car pas très poussée et dont les finalités restent obscures.

Le roman est très documenté. Chattam a choisi d'expliquer en long et en large les méthodes de profilage, de la médecine légiste... Ce qui donne finalement un récit miné de longueurs et un peu indigeste. Ce n'est pas inintéressant mais il faut avouer que ces techniques ne nous sont plus méconnues grâce à d'autres romans ou des séries policières et on a une impression de redite assez forte. Le roman a été publié en 2002, je ne me rappelle pas si à l'époque tout ça était connu ou non. Mais quasi 20 ans après, ces données nous semblent superflues.

Ce roman est un thriller bien fichu mais malheureusement cela n'a pas marché sur moi. Du même auteur, j'ai largement préféré les deux volumes du Léviatemps. Je ne pense pas lire la suite sauf si je tombe dessus inopinément. 

 

 

Publié dans Thriller, Déceptions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Frankie 20/06/2020 19:07

J'ai lu toute la trilogie à la sortie de chaque livre. J'avais beaucoup aimé L'âme du mal, car, à l'époque, c'était le seul autre auteur français (avec Grangé) à écrire ce genre de thrillers à l'américaine et j'adorais Stephen King et Dean Koontz, les maîtres du genre. En plus, comme ce livre se passe à Portland, ça me parlait car je venais d'y aller car ma cousine y vit. Avec la prolifération des thrillers français ces 20 dernières années, le roman ne doit plus avoir le même impact, c'est sûr.

Walpurgis 20/06/2020 21:43

Oui pour ma part, j'ai été un peu déçue surtout qu'on me l'a encensé sur Insta.