Les Annales de la Compagnie Noire, tome 10 : l'eau dort, première partie de Glen Cook

Publié le par Walpurgis

Fantasy

Format poche

Traducteur : Frank Reichert

Edition : J'ai Lu

Date de parution : 2010

Nombre de pages : 352 pages

Réduite à une poignée d'hommes, la Compagnie se terre dans l'ombre...Les survivants du désastre se retrouvent à Taglios et entreprennent de libérer ceux d'entre eux qui sont encore coincés dans la plaine étincelante, maintenus dans un état de stase par Millevoix. Une terrible révélation les attend à leur arrivée : une conflagration magique d'envergure les laisse entrevoir la trame même du monde ainsi qu'une partie de l'histoire de la Compagnie. Les mercenaires ne sont pas au bout de leurs surprises !

Après Murgen, c'est Roupille qui prend la tête de la Compagnie Noire, petit point à noter, il s'est passé environ 15-20 ans depuis le dernier tome. Déterminée, elle met en place, avec l'aide de Sara, un harcèlement vis à vis de la Radisha et de la terrible Mille Voix. C'est donc un tome de transition en attendant le résultat de cette politique et des recherches de Roupille.

On retrouve avec plaisir certains des personnages dont nos deux vieux sorciers incontournables, Gobelin et qu'un Oeil. Evidemment suite à ce qui se passe dans le tome 9, la Compagnie est vraiment réduite et on se demande comment Roupille et ses comparses vont réussir à les sauver, enfin s'ils y arrivent. Ce tome se concentre beaucoup sur les actions de guérilla urbaine de la Compagnie et ses conséquences, il y a de l'action mais pas aussi intense que celle des vraies batailles. La ruse et l'ingéniosité sont donc essentielles. Mais ce qui m'a beaucoup plu ce sont les recherches de Roupille. Pour pouvoir sauver ses camarades, elle se lance sur la trace des origines de la Compagnie et si les informations viennent en filigrane, on a hâte de connaître la vérité.
En conclusion, un tome sympathique mais qui n'est qu'une transition d'où un ryhtme plutôt doux. Toutefois, c'est un réel plaisir de retrouver la Compagnie.

Publié dans Fantasy

Commenter cet article