Hypérion, tome 1 de Dan Simmons

Publié le par Walpurgis

Roman SF

Traduction : Guy Abadia

Edition : Pocket

Date de parution : 2014

Nombre de pages : 638

Au 28e siècle, sur la planète Hypérion, les dangers s'amoncellent. Celui de la guerre avec l'approche de la flottes des Extros en perpétuel conflit avec l'Hégémonie. Celui du gritche, figure mythologique et meurtrière que révère l'Eglise des Templiers. Celui de l'ouverture des Tombeaux du Temps qui dérivent de l'avenir vers le passé à la rencontre d'une imprévisible catastrophe.
Dans l'espoir de sauver Hypérion et d'accomplir leurs destins suspendus, sept pèlerins se dirigent ensemble vers le sanctuaire du gritche. Il y a le père Lenar Hoyt, prêtre catholique, qui a vu l'enfer ; le colonel Kassad, dit le Boucher de Bressia, à la recherche d'un rêve ; Martin Silenus, le poète, qui a connu la Vieille Terre et perdu les mots ; Brawne Lamia, la belle détective, qui a aimé un John Keats synthétique : le Consul qui a régné sur Hypérion ; Sol Weintraub, l'érudit, dont la fille perd des années ; et le templier Het Masteen, qui garde ses secrets.

Je ne savais plus quand j'avais lu Hypérion pour la dernière fois mais je savais que j'avais aimé. En fait en relisant ma chronique de 2013, il semble bien que j'étais mitigée alors qu'étrangement j'en gardais un bon souvenir au fil des années. Ma relecture intervient après qu'une des membres de Livraddict l'a lu et n'a pas apprécié ce roman et moi je sentais une envie irrésistible de me replonger dans ce monde. Avec une telle disposition d'esprit, vous ne serez pas étonnés de savoir que j'ai adoré ma relecture.

Cette première partie de l'aventure sur Hypérion se concentre sur six des sept pèlerins choisis par l'Eglise grichtèque afin de se présenter devant le Seigneur de la Douleur (le gritche) et d'éviter des catastrophes qui se veulent imminentes depuis l'ouverture des Tombeaux du Temps. C'est le début d'un merveilleux voyage dans l'univers spatial et futuriste de Dan Simmons qui nous présente une civilisation humaine qui a colonisé l'espace depuis la disparition de l'Ancienne Terre via la puissance de l'Hégémonie, le gouvernement en place.

Même s'il y a un fil rouge, le roman se présente comme un ensemble d'histoires, celles des pèlerins. Le ton et le style changent donc selon le narrateur mais tous ont un lien de près ou de loin avec Hypérion. C'est donc un vrai plaisir pour le lecteur de chercher ce qui a pu mener les personnages à être choisis comme pèlerins. Pour ne pas spoiler, je ne parlerai pas précisément des récits mais tous recèlent un peu de tragédie. J'ai une nette préférence pour les histoires du père Hoyt et de Sol Weintraub. Mais celui qui aimante tous les regards, c'est le gritche ! Cette créature mêlant métal et épines reste un mystère. Quelle est son but ? Les massacres qu'elle perpètre selon des cycles semblent inexplicables tout comme les fameux Tombeaux qui ne gardent, semble-t'il, que du vide. Avec tous ses mystères, la réponse ne se trouvera pas dans ce volume-ci.

Mais que dire de cet univers incroyable qu'a créé Dan Simmons. Devenue depuis fan de l'auteur, j'ai lu plusieurs de ses oeuvres qui me permettent de constater qu'il se réfère à d'autres de ses ouvrages dans Hypérion (comme Ilium et Olympos). Mais il est vraiment merveilleux de découvrir toutes ces planètes, leurs spécificités, l'histoire de la colonisation de ces mondes, l'origine des Extros... L'auteur en profite pour traiter une pléthore de sujets qui caractérisent les pèlerins d'Hypérion qui représentent finalement les différents aspects des conséquences de la politique humaine. Le thème de l'intelligence artificielle prend de l'importance au fil du récit jusqu'à connaître son apothéose avec le récit de Brawne Lamia, la politique de l'Hégémonie et ses conséquences dominent l'histoire du consul. Chaque personnage est une facette de cet univers foisonnant et très travaillé.

C'est donc avec un plaisir immense que j'ai relu Hypérion et j'avoue être complètement surprise du ressenti de 2013 qui me paraît contradictoire avec le souvenir que j'en avais. Ce livre, devenu un classique de la SF, est une plongée merveilleuse dans des destins tourmentés.

Chronique du 21/08/2013

Roman SF

Grand format

Traducteur : Guy Abadia

Edition : Robert Laffont

Collection : Ailleurs & Demain

Date de parution : 2002

Nombre de pages : 488 pages

 

Dans l'espoir de sauver Hypérion et d'accomplir leurs destins suspendus, sept pèlerins se dirigent ensemble vers le sanctuaire du gritche. Il y a le père Lenar Hoyt, prêtre catholique, qui a vu l'enfer ; le colonel Kassad, dit le Boucher de Bressia, à la recherche d'un rêve ; Martin Silenus, le poète, qui a connu la Vieille Terre et perdu les mots ; Brawne Lamia, la belle détective, qui a aimé un John Keats synthétique : le Consul qui a régné sur Hypérion ; Sol Weintraub, l'érudit, dont la fille perd des années ; et le templier Het Masteen, qui garde ses secrets.

Hypérion est considéré le plus souvent comme un des meilleurs romans SF et le renouveau du space opera. C'est avec une certaine appréhension que j'ai débuté sa lecture, un peu freinée par l'aspect hideux de la couverture.

Hypérion est une planète connue mais méconnue, encore pleine de mystères. Puisque les tombeaux du temps et que le Gritche peut arriver, sept pèlerins sont choisis pour le rencontrer. Sept personnes qui ont toutes un lien avec la planète de près ou de loin. Via leurs récits, on découvre l'histoire de cette planète atypique.

C'est passionnant, l'écriture agréable mais on souffre de longueurs, d'interminables longueurs. Les récits sont inégaux selon les personnages, si on plonge au coeur d'un monde attrayant lors du premier récit narré par le prêtre Hoyt, on s'ennuie lors du récit du colonel Kassad ou de Brawne Lamia.

J'ai apprécié voir les liens se construire, évoluer dans un monde riche et dense mais il faut bien avouer une certaine confusion. Entre la religion, les différents mondes, la guerre contre les Extros, on ne sait plus où donner de la tête. Le cadre a été très rapidement posé mais souffre ensuite d'explications tardives sur certains aspects.

Finalement, je ressors mitigée de ma lecture mais toutefois je lirai la suite qui semble promettre.

 

Livre lu dans le cadre du

Publié dans SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Frankie 10/03/2021 08:16

Apparemment j'avais déjà commenté à l'époque de ton premier avis mais je dois dire que cette 2e chronique me ravit bien sûr et je la trouve très belle. Ce qui m'étonne en revanche, c'est ce que tu dis par rapport à Ilium et Olympos (que j'ai dans ma Pal depuis une éternité et toujours pas lus) car ils ont été écrits 15 ans après Hypérion. Et évidemment, je n'ai toujours pas relu les Cantos !

Walpurgis 10/03/2021 08:47

Oui il y a des endroits dont il parle qui sont des endroits qu'on retrouve dans ces romans. Tout fait donc partie du même univers. Je t'encourage à lire ces deux livres, ils sont géniaux ! Je vais lire la 2e partie, j'espère cette année puis il faudra que je me mette à Endymion (jamais lu).

Zina 05/03/2021 07:37

Il fait partie de ces classiques que j'aimerais lire un jour !

Walpurgis 05/03/2021 08:29

Je te le conseille fortement comme tu peux le voir !

stop snoring 31/12/2013 12:10

Thank you so much for sharing the article here titled Hyperion by Dan Simmons Volume 1 and this has been one of the best and most interesting read so far. All I can say is that your sharing has some great collection and information updates.

Frankie 21/08/2013 19:23

C'est vrai que c'est compliqué, parfois un peu long mais Les cantos d'Hypérion font partie de mes livres préférés. J'ai envie de les relire mais évidemment je n'ai pas le temps.

Walpurgis 22/08/2013 08:59

En tout cas le monde évoqué est plutôt fascinant et j'ai très envie de découvrir la suite !