L'Assassin Royal, tome 7 : le prophète blanc de Robin Hobb

Publié le par Walpurgis

Littérature fantasy

 

Format poche

Traducteur : Arnaud Mousnier-Lompré

Edition : France Loisirs

Collection : Piment

Date de parution : 2003

ISBN : 2744167762

Nombre de pages : 442 pages

 

15 ans ont passé depuis sa supposée mort, Fitz est devenu Tom Blaireau et vit tel un paysan dans la campagne avec son apprenti Heur. Bientôt des visiteurs inattendus pour certains viennent le voir, son destin se remet en marche.

 

Quel plaisir de retrouver Fitz, Umbre et le Fou dans ce second cycle de L'Assassin Royal. Tout de suite, la magie a eu lieu et c'est comme si je n'avais jamais quitté cet univers.

15 ans sont passés, Fitz a changé et est devenu Tom Blaireau. Il a sacrifié beaucoup pour sauver les Six-Duchés mais on le retrouve heureux de sa vie simple en compagnie du fidèle Oeil-de-Nuit et de son fils adoptif Heur. Enfin heureux est peut-être fort, Fitz est rongé depuis quelques temps par le désir d'artiser, il constate qu'Heur ne pourra pas rester éternellement près de lui, quant à son fidèle loup il vieillit...

Alors lorsqu'Umbre vient le voir pour lui demander de reprendre service, ses pensées les plus amères remontent à la surface. Pourtant Fitz refuse malgré une envie pressante de retrouver Castelcerf.

C'est ainsi que Robin Hobb nous emmène dans les pensées les plus profondes de son héros. Une homme rongé par la culpabilité et les remords même s'il reconnaît son sacrifice comme positif. Fitz a changé et si son côté nouille m'agaçait pas mal, je crois que je vais aimer encore lui gueuler après tellement son indécision semble importante encore une fois.

Mais si Fitz a évolué, il n'est pas le seul. On retrouve rapidement son ancien mentor Umbre, toujours aussi mystérieux malgré sa place reconnue à la cour de Kettricken. Et surtout on retrouve le Fou ! Toujours aussi énigmatique, le Fou a voyagé et c'est avec un sourire que j'ai entendu parler de Terrilville et des Marchands (d'ailleurs Fitz en parle aussi). Le Fou, toujours convaincu de sa mission, souhaite l'aide de son ami qui ne peut nier le bonheur qui l'envahit lorsque son ami reste près de lui.

Le tome est surtout le prétexte à raconter les destins des différents personnages durant les 15 années écoulées, ça manque donc un peu d'action mais la poésie et la plume agréable de Mme Hobb m'a enchanté.

C'est donc avec enthousiasme que je vais reprendre cette saga et j'espère connaître une belle conclusion !

 

Livre lu dans le cadre du

Publié dans Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Luna 03/11/2015 07:12

J'ai beaucoup aimé la nostalgie qui se dégageait de ce tome ainsi que les belles rencontres qu'on ne manque pas d'y faire !

Walpurgis 03/11/2015 21:20

Oui beaucoup de nostalgie et d'émotion! Un très beau livre.

Frankie 15/08/2013 19:41

J'avais été ravie de retrouver Fitz et le Fou dans ce tome 7, après une longue pause de 7-8 ans après le tome 6. On replonge avec plaisir dans leurs aventures, même si elles ont toujours un petit goût doux-amer comme tout ce qui concerne Fitz.

Walpurgis 16/08/2013 20:15

Je partage tes sentiments même si ma coupure était beaucoup moins longue ! Le Fou me plaît toujours autant, j'ai toujours eu des sentiments plus mitigés pour Fitz.