Ilium de Dan Simmons

Publié le par Walpurgis

Littérature SF

 

Format poche

Traducteur : Jean-Daniel Brèque

Edition : Pocket

Collection : Science-fiction

Date de parution : 2009

ISBN : 9782266149150

Nombre de pages : 870 pages

 

Sur Mars, la guerre de Troie se joue sous l'inspection des scholiastes (érudits terriens sur L'Iliade), ils observent les jeux des dieux et des mortels.

A des milliers de km de là, des moravecs sont envoyés en mission pour découvrir ce qu'il y a sur la planète rouge.

Quant aux humains à l'ancienne, ils sont déconnectés de leur passé mais certains d'entre eux veulent le découvrir.

 

Difficile de faire un pitch pertinent sur un livre complexe tel qu'Ilium, il y a tellement de choses à dire, de références... Un pavé loin d'être creux qui prend place sur Mars où la guerre de Troie se rejoue (d'où Ilium, autre nom de Troie). S'appuyant sur L'Iliade, Dan Simmons nous raconte cette guerre où 9 ans se sont déjà écoulés. Parmi les guerriers, des spectateurs scrutent l'histoire et vérifient les concordances avec l'oeuvre d'Homère : les scholiastes. Terriens érudits de différentes époques, ils sont ressuscités au bon plaisir des dieux. Quand Hockenberry est convoqué par la Muse (gardienne des scholiastes), il a la surprise de devenir un instrument d'Aphrodite, armé de précieux instruments il doit assassiner Athéné... Toute cette partie qui se déroule sur Mars est grandiose. Je suis fan de L'Iliade depuis l'enfance, sans doute un de mes premiers livres lus et j'ai adhéré complètement à ce qu'a fait Dan Simmons. Les combats géniaux, les héros réalistes, les dieux fidèles à leur réputation versatile. Cette partie est le point fort de l'oeuvre.

Une deuxième partie est consacrée aux humains à l'ancienne. Descendants des disparus terriens, ils n'ont aucun lien avec leur passé et ne savent rien faire de leurs dix doigts. Ils vivent une vie oisive, pleine de loisirs jusqu'à leurs 100 ans puis sont envoyés vivre ensuite parmi les posts-humains. On suit Daeman, personnage antipathique, qui ne s'intéresse à rien mais qui va se retrouver embarqué sur les pistes de ses origines. Même si certains mystères restent épais sur cette partie, elle se révèle passionnante plus on avance vers la fin.

Enfin la dernière partie est consacrée aux moravecs. Ces derniers sont des robots organiques aux formes différentes issus de différentes planètes. Un petit groupe composé entre autres de Manhmut et d'Orphu est envoyé sur Mars pour découvrir ce qui provoque de l'activité quantique. Epris de Shakespeare ou de Proust, les moravecs cités ci-dessus vont vite découvrir toute la difficulté de leur mission. Attachants, ces personnages font plus humains que les humains à l'ancienne, amoureux de la culture humaine ils la glorifient citant des auteurs célèbres. Leur aventure vite transformée en tragédie devient un peu longue jusqu'à l'apothéose finale.

J'espère avoir présenter au mieux cette oeuvre incroyable et complexe qu'est Ilium. C'est passionnant, complexe, parfois encore mystérieux mais c'est un plaisir total de le lire !!!

 

Lu dans le cadre du

 

Publié dans SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mr K 15/09/2013 21:23

Content qu'il t'ait plu, j'avais adoré le dyptique qu'il forme avec Olympos. C'est vrai que c'est ardu au premier abord mais ça vaut vraiment le coup!

Walpurgis 18/09/2013 19:18

Oui c'est pas évident mais ça vaut le coup ! J'ai hâte de voir ce que cache Olympos !!!

Frankie 12/09/2013 19:28

Il faudra que je le sorte un jour de ma Pal ! Mais cette complexité dont tu parles et dont j'ai entendu parler m'a toujours fait un peu peur. Pourtant les Cantos d'Hyperion que j'adore étaient pas mal complexes aussi dans le genre ! :)

Walpurgis 04/10/2013 12:41

Ca devrait aller quand même, pas besoin de connaître l'oeuvre à fond mais la trame principale ^^

Frankie 04/10/2013 10:45

J'ai lu L'Iliade et l'Odyssée mais ça remonte à des décennies ! :D

Walpurgis 13/09/2013 19:02

J'ai pas fini les Cantos d'Hypérion (je n'ai lu que le tome 1) mais j'ai préféré Ilium au moins là je n'ai pas eu une seconde d'ennui. Après niveau complexité c'est du même niveau donc si tu as réussi à lire Hypérion, je pense que tu pourras le lire facilement. Connaître l'Iliade est forcément un gros avantage !