Cycle de Pendragon, tome 1 : Taliesin de Stephen Lawhead

Publié le par Walpurgis

Littérature fantasy

 

Format poche

Traducteur : Luc Carissimo

Edition : Le Livre de poche

Date de parution : 1997

ISBN : 2253152188

Nombre de pages : 667 pages

 

Charis est une princesse de l'Atlantide. Après la disparition de son île, elle narre son histoire.

En Bretagne, Elphin est victime d'une malchance récurrente mais la découverte d'un enfant va lui changer son destin.

 

Le cycle de Pendragon est une réécriture de la légende arthurienne, sujet souvent repris et donc peu original. Toutefois ce premier volume Taliesin propose une histoire se passant bien des années avant la venue au monde d'Arthur. Stephen Lawhead nous amène à la genèse de l'histoire en optant pour un point de vue original. Mêlant le peuple breton à la légende atlante, ce tome est loin d'être consacré exclusivement au barde légendaire (mais aussi ayant réellement existé) Taliesin.

Séparant ses chapitres selon deux points de vue, on fait d'abord connaissance avec Charis, princesse atlante. Lorsqu'elle prend la parole, on apprend qu'elle a perdu son pays et une partie des gens qu'elle aimait. On découvre un monde mythique : l'Atlantide. Pays raffiné, béni des dieux, il connaît les premiers remous de mésententes après des siècles de paix. Le roi Avallach, père de Charis, essaye de contrer avec des alliés la perfidie d'un des souverains de l'île nommé Nestor.

Les autres chapitres se passent en Bretagne (Grande-Bretagne). Dans la tribu de Gwynodd, tout le monde craint la succession de celui-ci. En effet son fils Elphin n'apporte que la malchance. Le prince Elphin ne se fait aucune illusion sur son avenir mais lorsqu'il découvre un enfant abandonné parmi les eaux, sa chance semble venir. L'enfant miraculeux sera appelé Taliesin...

De ces deux histoires entremêlées, vient se greffer la venue du christianisme et la légende de Jospeh d'Arimathie. Le christianisme est ici perçu comme positif, l'auteur poussant au prosélytisme dans certains passages.

Si l'histoire a le mérite d'être originale, dense, pleine de personnages charismatiques, certaines choses m'ont gêné. D'abord, il y a de bonnes longueurs et personnellement tous les chapitres consacrés à l'Atlantide ne m'ont majoritairement pas plu. Comme dit plus haut, le christianisme est vu comme la religion salvatrice face aux religions plus anciennes dont les dieux sont perçus comme cruels.

Quant à l'écriture de l'auteur, elle est agréable et quelques passages sont particulièrement réussis. Rien que la phrase d'accroche vue partout :"Je ne pleurerai plus les disparus, endormis dans leur tombe marine." montre la poésie renfermée dans ce livre.

Même si pour un volume d'introduction ce livre peut paraître un peu indigeste, il annonce une suite intéressante.

 

Lu dans le cadre du

Publié dans Fantasy

Commenter cet article