Waylander III : le Héros dans l'ombre de David Gemmell

Publié le par Walpurgis

Littérature fantasydg_way3.jpg

 

 

Grand format

Traducteur : Claire Jouanneau

Edition : Bragelonne

Date de parution : 2009

Première date de parution : 2000

ISBN : 2352940876

Nombre de pages : 377 pages

Prix : 20 euros

 

 

Waylander vit désormais, de façon cossue, à Kydor. Il est âgé et encore vif mais son esprit est plein de regrets, les fantômes du passé le hantent. Bientôt, des démons apparaissent et Waylander devra faire un choix.

 

 

Me voici enfin arrivée au tome trois de Waylander et ce n’est pas un secret si vous avez lu mes avis sur le premier tome et le suivant, je ne suis pas une fan du tueur drenaï. Et pourtant, je dois avouer que Waylander (alias l’Homme Gris dans le présent volume) a une allure folle et un charisme développé. Le visualiser vêtu tout de noir avec son immense cape malgré son âge « avancé » me faisait un très bon effet imaginairement parlant. Du coup, j’avais plus de sympathie pour Waylander et j’ai abordé ce tome avec plus d’enthousiasme.

Malgré tout, le début de l’histoire m’a un peu agacé. Le sauvetage d’une jeune femme des mains de brigands sans foi ni loi, j’ai l’impression de l’avoir croisé à chaque volume, ce qui n’est pas forcément vrai mais c’est un peu le hic, j’ai toujours l’impression que ça se répète. L’histoire est toutefois plus fantastique, il y a énormément de magie, de démons purs et durs et d’hybrides mi-humains-mi démons. Le récit prend la forme d’une lutte entre les humains et de démons venus par un portail qui souhaitent reconquérir le territoire qu’ils ont perdu des siècles auparavant. Et pas de bol pour Waylander, il vit à côté de ce fameux territoire : Kuan-Hador.

Mis à part Waylander, on ne reverra personne des précédents tomes. Enfin, pas totalement vrai puisque Matze Chaï, son ami marchand, est présent bien qu’accessoirement (et on ne le voit que rapidement dans les autres tomes). Dans la suite de ce marchand, on fait connaissance avec Kysumu et Yu Yu Liang, si le premier est un rajnee sorte de moine guerrier ascétique (je ne sais pas pourquoi j’assimilais ça aux moines shaolin), le deuxième est un terrassier devenu malgré lui propriétaire d’une épée rajnee (les épées sont spéciales bien entendu). Honnêtement, je n’ai pas accroché à ces deux là, ils m’ont fait penser aux duos qu’on voit parfois dans les films : le mec intelligent, fort… et j’en passe puis le boulet un peu rigolo et je ne suis une aficionado de ce truc là. Les plus intéressants sont les magiciens : Ustarte (une femme) et Eldicar Manushan. Leurs rôles sont plus importants et pèsent  dans la lutte qui se prépare. Le reste des personnages et ils sont assez nombreux, ont des rôles mineurs et pas toujours intéressants. Je ne parlerai même pas des prêtres de la Source tellement je suis déçue du traitement qu’on leur a infligé.

Le récit reste de qualité et on aime connaître le déroulement de cette guerre mais pour moi, cela reste très basique et je n’ai pas retrouvé la magie que j’ai pu connaître avec d’autres Gemmell. Si vous voulez lire cet auteur, je ne vous conseillerai pas la trilogie Waylander (qui fait partie du cycle Drenaï) mais après tout est question de feeling avec le héros.

 

Publié dans Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article