Soudain dans la forêt profonde d'Amos Oz

Publié le par Walpurgis

Littérature israélienne9782070438112.jpg

 

 

Format poche

Traducteur : Sylvie Cohen

Edition : Folio Plus Classiques

Date de parution : 2010

Première date de parution : 2005

ISBN : 978-2-07-043811-2

Nombre de pages : 178 pages (avec dossier) 98 pages (juste le récit)

 

 

Dans le village, il n’y a plus d’animaux et les enfants n’en connaissent pas la cause. Les adultes taisent le secret, niant parfois l’existence des animaux, seule l’institutrice parle d’eux.

Un jour, Maya et Matti décident d’aller dans la forêt interdite découvrir la vérité…

 

 

Un résumé intéressant mêlant mystère et fantastique : où sont partis les animaux du village ?  Pourquoi sont-ils partis ? Qui est Nehi le démon ?

Le récit prend place dans un village situé près d’une forêt. Ce village a la particularité de ne pas avoir d’animaux et en parler provoque un malaise. Seule l’institutrice Emanuela ose parler des animaux aux enfants. Les animaux paraissent alors comme des créatures mythiques dont les adultes parlent avec nostalgie ou se murant dans un silence gêné. De plus, la présence de Nehi, le démon, semble terroriser le village une fois la nuit tombée. Terreur aussi ressentie face à Nimi, un enfant atteint de hennite depuis qu’il a été dans la forêt.

Matti et Maya, deux enfants, veulent découvrir la vérité. Ils constatent des faits bizarres et ils pensent trouver la clé dans la forêt. 

J’ai été rapidement happée par le début de l’histoire. Le mystère reste entier et je me suis demandé ce qui s’était passé : punition divine ? Catastrophe écologique ? Maladie contagieuse ? Le suspense est bien dosé et on a hâte que les enfants aillent dans la forêt tellement on veut en savoir plus. Malheureusement, la révélation tombe vite à plat et j’ai ressenti pas mal de déception. Je ne veux pas en dire plus pour ne pas spoiler mais bref ça a tué l’histoire !

Bien sûr, cet ouvrage prône l’ouverture d’esprit, la tolérance mais j’ai été fermée au message à cause de ce ratage. Dommage !

 

Walpurgis

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article