Seigneurs et nouvelles créatures de Jim Morrison

Publié le par Walpurgis

Poésie américaine du XXème siècle 9Morrison_DH.jpg

 

 

Format poche

Traducteur : Yves Buin et Richelle Dassin

Edition : Christian Bourgeois

Collection : 10/18

Date de parution : 1993

Date de parution originale : 1969

ISBN : 9782264008619

Nombre de pages : 263 pages

 

 

C'est par hasard que je suis tombée sur ce livre dans la librairie d'occasion où j'aime traîner. Seigneurs et nouvelles créatures est le troisième recueil que je lis de Jim Morrison. J'ai toujours été fascinée par la personnalité du chanteur mais sa poésie est encore plus intrigante car elle est originale et difficile à comprendre sans connaître Jim Morrison. La préface d'André Velter est très belle et rend justice au poète américain.

Dans la première partie de son oeuvre, Jim Morrison livre une vision cinématographique de la vie. La ville, le sexe, la mort, le rêve sont filmés à travers les plans que Morrison nous déclament par des mots scrupuleusement choisis. On sent que rien n'est écrit au hasard mais il faut avouer que j'ai été déroutée et j'ai du creuser dans ma cervelle pour comprendre ce qui pouvait être dit. Le dégoût de Morrison pour ce monde où il vit est flagrant mais il perçoit parfois de la beauté. Pour lui, l'art nous masque notre manque de liberté, un débat qui peut toujours se transposer dans le monde actuel.

La deuxième partie est plus poétique mais les vers sont toujours écrits comme des plans de films. On perçoit la beauté, la violence dans les thèmes déjà utilisés en première partie. On notera la présence des reptiles dans plusieurs poèmes, le Roi Lézard est là...

Une oeuvre déroutante mais fascinante et d'une beauté certaine. A découvrir...

 

Walpurgis

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article