Oeuvres de Lovecraft, intégrale, tome 3

Publié le par Walpurgis

Littérature américaine du XXème siècle  51FQXGGGQEL__SS500_.jpg

 

 

  Grand format

 Editeur : Robert Laffont

 Collection : Bouquins

 Date de parution : 2005

 Nombre de pages : 1337 pages

 ISBN : 2221064615

 Prix : 30 euros

 

 

Cet ouvrage regroupe plusieurs cycles écrits par H.P Lovecraft : La Malédiction de Sarnath, Démons et Merveilles, plus des parodies et des pastiches. Viennent ensuite les collaborations Lovecraft-Derleth, puis des études et articles de Lovecraft sur Québec, la politique, la religion…

 

 

J’achève avec ce tome 3, la série sur les œuvres de Lovecraft de la collection Bouquins.

Après un premier bon tome qui nous faisait connaître la majorité des œuvres d’un des maîtres du fantastique, je fus plus déçue par le deuxième tome dont la grosse partie sur les collaborations de Lovecraft avait pas mal plombé le livre. Ce tome 3 est aussi mi-figue mi-raisin, pourquoi ?

 

L’ouvrage s’ouvre sur le cycle La Malédiction de Sarnath dont l’écriture a été fortement influencée par Lord Dunsany, que Lovecraft admirait. Laissant de côté en partie son écriture sombre et angoissée, Lovecraft utilise des termes plus féériques dans ses descriptions et je dois avouer que son écriture est joliment agréable et de ce fait les histoires se lisent sans mal. De plus, au fil des histoires vous retrouvez des personnages qui sont apparus dans d’autres, un petit fil d’Ariane à suivre.

Après cette mise en bouche appétissante, on passe aux histoires dont le personnage Randolph Carter est le héros (certains films existent mais je ne les ai jamais vus). On retrouve le style habituel du maître du fantastique. Les histoires sont toutes intéressantes car le héros est très actif et provoque pas mal d’évènements, ça se lit comme un roman d’aventures avant tout et quelques scènes assez effrayantes ponctuent le tout.

Vient ensuite une partie de la correspondance de Lovecraft, c’est intéressant et ça se lit rapidement. Par contre, prenez garde à la partie parodies et pastiches où Lovecraft s’essaie à d’autres genres littéraires avec humour. Personnellement, je n’ai pas du tout accroché.

Les collaborations Lovecraft-Derleth (dont beaucoup sont posthumes) m’ont largement plu. Derleth a su garder un style lovecraftien dans son écriture sans être trop répétitif dans ses termes (une manie qui m’agace chez Lovecraft). Les histoires mettent l’accent sur l’action des serviteurs des Grands Anciens, souvent Cthulhu, et le résultat est très prenant. J’ai le plus aimé le cycle de La trace de Cthulhu où apparaît l’auteur du Necronomicon, Abdul Alhazred.

Et le reste du livre…je n’ai quasi rien aimé. Entre le guide du voyageur du Québec soporifique à souhait, la visite de l’Europe de son ex-femme, récit mignon mais pas très pertinent et différents articles de Lovecraft sur la politique, la philosophie et d’autres, je dois avouer que j’ai décroché. Le seul élément positif de ces derniers textes est que l’on apprend un peu plus quel homme était Lovecraft.

 

Publié dans Fantastique

Commenter cet article