Les Annales de la Compagnie Noire, tome 6 : la pointe d'argent de Glen Cook

Publié le par Walpurgis

Littérature fantasyla-compagnie-noire--tome-6---la-pointe-d-argent-46979-250-4.jpg

 

Format poche

Traducteur : Alain Robert

Edition : J'ai Lu

Date de parution : 2007

Date de parution originale : 1989

ISBN : 9782290356890

Nombre de pages : 412 pages

Prix : 8 euros

 

 

Résumé de l'éditeur :

Pendant que Toubib et les survivants de la Compagnie cheminent vers Kathovar, une bande d'escrocs à la petite semaine entreprennent de subtiliser la pointe d'argent qui emprisonne l'âme du dominateur. La nouvelle du vol se répand comme une traînée de poudre, et la ville d'Aviron s'embrase. Tout ce que le monde compte comme sorciers -le Boiteux y compris- semble vouloir s'approprier la pointe maléfique. Toubib et la Compagnie retenus ailleurs, c'est la Rose Blanche en personne qui va devoir reprendre du service pour tenter d'en finir avec le dominateur, ou ce qu'il en reste, une fois pour toutes !

 

 

Après avoir quitté Toubib et Madame, le tome 6 nous emmène loin d'eux pour nous intéresser à d'anciens acolytes de Toubib : Corbeau et la Rose Blanche. Toutefois, c'est Philodendron Casier, un ancien militaire, qui tient un journal sur les conseils de Corbeau. Ce jeune homme accompagne pour le meilleur et pour le pire l'ombrageux homme, ami de Toubib. Le vol de la pointe d'argent par quatre hommes attirés par la fortune va les faire sortir de l'anonymat et leur fera rejoindre bon gré mal gré les rangs de la Rose Blanche.

Rien n'est évident. Corbeau ayant abandonné la Rose Blanche (appelée aussi Chérie), celle-ci reste distante avec son ancien protecteur. Tous alertés du vol de la pointe d'argent qui renferme un énorme pouvoir, ils doivent composer avec la résurrection du Boiteux, toujours aussi cruel, accompagné de Saigne-Crapaud le chien.

L'action bat son plein dans ce tome rythmé. Tous les protagonistes s'engagent dans une course contre la montre. Ici, Toubib et les autres sont des noms à peine évoqués et on ne sait rien de leur état. Même si j'ai bien aimé ce tome, le fait est que ces personnages me plaisent beaucoup moins que les autres. Corbeau est toujours aussi désagréable et peu attachant. Casier, plus proche du caractère de Toubib, est sympathique mais souffre d'un manque de charisme. Quant à la Rose Blanche, je ne l'ai jamais trop aimé. Les voleurs font partie des personnages les plus intéressants puisqu'on les connaît peu et qu'ils nous réservent des surprises et leurs attitudes face à l'étau qui se resserre autour d'eux promettent quelques beaux exploits.

Vous l'aurez compris, c'est un bon tome mais il souffre d'être un peu trop éloigné de l'histoire qui nous intéresse. J'ai hâte de retrouver Toubib et Madame qui ont été laissés en plein tourments à la fin du cinquième tome.

 

Lu dans le cadre du

ABC Imaginaire 2013 bis copie

 

 

Walpurgis

Publié dans Fantasy

Commenter cet article