Le Portrait de Pierre Assouline

Publié le par Walpurgis

BiographieLe-portrait.jpg

 

 

Format poche

Edition : Gallimard

Collection : Folio

Date de parution : 2009

ISBN : 9782070379958

Nombre de pages : 327 pages

 

 

La baronne Betty de Rothschild est décédée mais son âme s'est réfugiée dans le beau portrait que lui avait consacré Ingres. A travers elle, nous allons vivre les différentes périodes de l'histoire de la famille.

 

Le portrait

le-portraitvrai.jpg

 

Ce qui m'a tout de suite plu avec ce livre c'est la couverture. Je trouve le portrait de la baronne Betty de Rothschild magnifique. L'histoire prend place rue Laffitte où vient de décéder la baronne en 1886. Son âme se réfugie dans le portrait peint par Ingres en 1848. Du mur où elle est accrochée, Betty raconte avec passion et humour la vie de sa famille. Passé et présent se mêlent, certaines disgressions m'ont fait parfois perdre le fil de l'histoire. Celle-ci s'étale sur plus d'un siècle où le portrait va bouger au gré des héritiers ou contre leur volonté. Ainsi de la rue Laffitte à Paris, elle ira rue Saint-Florentin, au château de Ferrières, au château de Neuschwanstein (en Allemagne), au Louvre puis enfin à l'hôtel Lambert. Avec esprit, la baronne raconte la saga de sa famille. J'ai trouvé cela bien assommant à certains moments surtout que la réalité dépeinte est bien cruelle et j'aurais peut être préféré un peu de romanesque. 

La famille de Rothschild très puissante, ce qui a effet d'exacerber la jalousie ou l'envie et de plus c'est une famille juive et les propos antisémites de différents personnages sont légion. Du fait, de nombreuses pages sont consacrées à ces rancoeurs et au mépris que la famille suscite, ce qui peut devenir lassant. On apprend beaucoup sur la façon de fonctionner de la famille avec les mariages entre les différentes branches, la tradition juive très ancrée, les "rebelles" de la famille. C'est très intéressant mais là encore les répétitions au fil des chapitres peuvent ennuyer.

Le chapitre consacré à l'enlèvement du portrait par les nazis est sûrement la partie qui m'a le plus touché et même si Betty de Rotschild voit avec effroi qu'elle finit enterrée, jamais le désespoir total ne la saisit et le destin lui donne raison. J'ai aussi beaucoup apprécié d'entendre parler de personnalités telles Honoré de Balzac (un boulet celui-là), les frères Goncourt (une description peu flatteuse) ou encore cette rencontre insolite avec un photographe, Henri Cartier-Bresson.

Le livre est fort bien documenté et j'ai lu cela avec plaisir même si je n'ai pas pu engranger toutes les informations. J'ai passé un agréable moment même si l'ennui pointait parfois le bout de son nez.

 

Walpurgis

Commenter cet article

L'irrégulière 16/11/2012 14:26

Tiens, je pense que ça pourrait m'intéresser !

Walpurgis 16/11/2012 16:37



Oui je pense aussi ^^ Le livre est en troc si tu veux !