Le pavillon des cancéreux d'Alexandre Soljenitsyne

Publié le par Walpurgis

Littérature russe pavillon-cancereux-soljenitsyne.jpg

 

 

Format poche

Traducteur : Alfreda et Michel Aucouturier [...]

Edition : Le livre de poche

Date de parution : 1970

Date de parution originale : 1968

Nombre de pages : 701 pages

 

 

Le lecteur suit la destinée des malades et du personnel hospitalier du pavillon des cancéreux dans la dure réalité soviétique.

 

 

J'ai lu très peu de littérature russe mais auparavant c'était déjà vers Alexandre Soljenitisine vers qui je m'étais tournée.

L'histoire se passe dans un hôpital situé au fin fond d'une province russe orientale. Roussanov est le premier personnage que l'on rencontre. Cadre du Parti, il rentre dans le service de cancérologie bien que les médecins lui assurent qu'il n'a pas le cancer et lui de les croire ! Hautain, insupportable, il déchante vite de voir que son statut ne lui apporte aucune faveur. Dans la chambre collective, il est entouré de personnages hauts en couleur que l'on va suivre plus ou moins individuellement. Dans ce lot de personnes souvent mourantes, aux maladies complexes, Kostoglotov, un ancien des goulags, est celui qui réfléchit le plus à la situation et critique ouvertement le système dont ils sont victimes.

Hormonothérapie, radiothérapie et autres traitements douteux parfois expérimentaux glacent le sang. Les malades servent de cobayes à des médecins désabusés victimes eux-mêmes de leurs conditions de travail. L'extérieur paraît lointain, quelques nouvelles arrivent par le biais du journal. Staline est mort depuis deux ans et de timides changements secouent l'Union soviétique et l'espoir revit.

Ce roman est d'une grande force et parfaitement bien écrit malgré sa densité. Tout est expliqué, analysé par le système de flashbacks. A la fin du roman, on finit par une note plus positive après beaucoup d'épreuves difficiles. Evidemment, on est loin d'un triomphe mais tout comme le printemps revient, l'espoir refait surface.

 

 

Lu dans le cadre de l'

 

 

 

Walpurgis

Commenter cet article