La Colline du dernier adieu de Marion Zimmer Bradley

Publié le par Walpurgis

Littérature fantasy

Format poche

Traducteur : Lise André

Edition : Le livre de poche

Date de parution : 1994

Nombre de pages : 410 pages

Gaïus, jeune romain, est recueilli par une famille brittonne suite à un accident. Prudent, le jeune homme se fait passer pour un silure et se lie d'amitié avec la famille. L'amitié se transforme en amour passionnée pour la jeune Elane qui souhaite devenir prêtresse.

Ce roman est une préquelle aux Dames du lac, l'histoire remonte aux origines des prêtresses d'Avalon avant qu'elles viennent s'installer sur l'île sacrée. Le récit est ouvert par Kellen, une prêtresse, qui souhaite raconter l'histoire de Gaïus et Elane. Après ce prologue, le narrateur est extérieur et l'histoire débute par l'accident de Gaïus et sa rencontre avec Elane.

L'histoire d'amour qui se tisse entre les deux personnages est le fil rouge du roman mais quelque chose d'irrémédiable les sépare : Gaïus est romain, Elane brittonne. Les deux peuples se combattent suite à l'invasion des romains mais la haine s'est amplifié depuis le viol des prêtresses sacrées sur l'île de Mona. Les deux amants maudits doivent donc continuer leurs vies l'un sans l'autre. Le lecteur peut sentir le parfum de la tragédie au fil de l'histoire. Cette histoire d'amour va osciller entre folle passion et haine. Les amants tiraillés par leur ego et leurs préjugés vont se mettre dans des situations.

Autour de ces deux protagonistes, d'autres personnages gravitent sans réellement s'imposer sauf Kellen. Cette dernière est une prêtresse assez particulière qui va devenir la confidente d'Elane. Personnage au charisme évident, elle souffre néanmoins de la présence écrasante d'Elane. Ensuite, on relèvera la présence de différents personnages brittons et romains souvent des membres de la famille des deux protagonistes. Des personnages que j'ai trouvé sans trop de saveur à part peut être Ardanos, le vieux druide manipulateur.

L'aspect le plus intéressant est sans conteste toutes les descriptions de rites tels les feux de Beltane mais malheureusement cela revient un peu trop souvent au fil des chapitres. On retrouve toutefois avec plaisir la plume légère et poétique de Marion Zimmer Bradley mais cela n'a pas suffi à me passionner. Ce livre est pour moi un cran en-dessous des Dames du lac ou des Brumes d'Avalon.

 

Publié dans Fantasy

Commenter cet article

L'irrégulière 10/05/2012 20:13

J'aime vraiment beaucoup Marion Zimmer Bradley, il faudrait que je le relise !

Walpurgis 10/05/2012 21:14



Je l'ai trouvé moins bon que les Dames d'Avalon et sa suite mais ça reste de qualité ^^