Chroniques des vampires, tome 5 : Memnoch le démon d'Anne Rice

Publié le par Walpurgis

Littérature fantastique1069107_9416598.jpg

 

 

Format poche

Traducteur : Isabelle Glasberg

Edition : Pocket

Collection : Terreur

Date de parution : 1997

Date de parution originale : 1995

ISBN : 2266100645

Nombre de pages : 450 pages

 

 

Lestat est en proie aux tourments. Alors qu'il suit avec passion la vie d'un baron de la drogue et de sa fille prédicatrice Dora, il se sent observé par un être puissant et mystérieux.

 

 

Ce cinquième tome des Chroniques des vampires est un peu à part des précédents. Nous retrouvons notre cher Lestat tourmenté par un mystérieux être qui le suit. Toutefois, Lestat a le temps de s'intéresser aux mortels comme ce baron de la drogue, Roger, et sa fille, Dora, télévangéliste.

Après avoir tué Roger, Lestat rencontrera cet être mystérieux : Memnoch le démon. Nous, nous le connaissons comme le Diable ou Satan mais lui déteste ces noms. Anne Rice nous emporte alors dans un débat mystico-religieux entre Dieu et Memnoch. Lestat, lui, a été choisi par Memnoch pour l'aider dans sa tâche, qui ne sera expliquée que plus tard.

Si la vision d'Anne Rice est intéressante sur la Création du monde, sur la venue de Jésus etc. Le récit est bavard, trop bavard ! Il ne se passe pas grand chose à part ce long récit qui s'apparente à la Genèse. La visite de Lestat qui va du Paradis jusqu'en Enfer en passant par son immersion pendant la vie de Jésus a des côtés sympathiques mais tout paraît long et lourd comme si nous aussi on ressentait la chaleur écrasante du désert de la Terre sainte.

Ce livre n'est donc pas une véritable aventure vampirique, Lestat n'est qu'un prétexte. A peine pourrons-nous apercevoir David, Armand ou Louis et quelques Anciens. Quant à Dora, j'ai trouvé son rôle assez inutile mis à part pour le grand final qui m'a bien plu mais m'a aussi glacé d'effroi (un évènement que je ne peux vous dire).Le reproche que je lui ferai est la multiplication des pistes sans ce tome : Dora, Winken de Wylde, la vision de David... puis pouf ! La plupart des choses ne servent à rien, agaçant!

Par contre, j'aime toujours autant la plume d'Anne Rice. Ses descriptions de la Nouvelle-Orléans me font véritablement idéalisé cette ville même si ici elles sont limitées.

Un tome trop déroutant et différent de la teneur de la saga pour véritablement l'apprécier. Mais j'ai un bon espoir ! Le prochain tome est celui sur Armand !!!

 


Walpurgis

Publié dans Fantastique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

BlackWolf 23/09/2012 16:01

C'est à partir de ce tome que j'ai complètement déconnecté du cycle des vampires de Anne Rice. Je lirai quand même ton avis sur le prochain.

Walpurgis 24/09/2012 09:31



Je pense qu'Armand vaut le coup ou alors je risque d'être très déçue !



Vampire 19/09/2012 21:33

Le roman de trop pour les premières chroniques des vampires d'Anne Rice. Si le précédent, le voleur de corps, aurait pu faire l'objet d'une nouvelle, ce tome-ci est franchement trop boursouflé et a
été le tome de trop à mes yeux, même si certains des opus suivants m'ont davantage plu.

Il n'en demeure pas moins que les trois premiers volets de la saga sont des classiques.

Walpurgis 20/09/2012 08:54



Les trois premiers sont en effet géniaux et bien dans le thème. Le voleur du corps montre une petite rupture mais celui-ci est bien à part. J'ai hâte de lire le tome sur Armand en espérant
retrouver le même enthousiasme qu'au début.



L'irrégulière 19/09/2012 17:04

C'est mon préféré, mais justement parce que j'ai trouvé cette réécriture de la Genèse absolument stupéfiante. En tout cas, elle apportait des réponses à ce qui me semblait des incohérences dans la
religion !

Walpurgis 19/09/2012 19:48



La réécriture de cette Genèse est en effet hallucinante mais ne méritait pas sa place dans les Chroniques des vampires mais comme un roman one shot je pense.