Hommage à la Catalogne de George Orwell

Publié le par Walpurgis

Témoignage

Format poche

Traduction : Yvonne Davet

Edition : 10/18

Collection : Domaine étranger

Date de parution : 2009

Nombre de pages : 294

La guerre d' Espagne à laquelle Orwell participa en 1937 marque un point décisif de la trajectoire du grand écrivain anglais. Engagé dans les milices du Parti ouvrier d' unification marxiste (POUM), le futur auteur de 1984 connaît la Catalogne au moment où le souffle révolutionnaire abolit toutes les barrières de classe. La mise hors la loi du POUM par les communistes lui fait prendre en horreur le "jeu politique" des méthodes staliniennes qui exigeait le sacrifice de l'honneur au souci de l'efficacité. Son témoignage au travers de pages parfois lyriques et toujours bouleversantes a l' accent même de la vérité. A la fois reportage et réflexion, ce livre reste, aujourd'hui comme hier, un véritable bréviaire de liberté.

D'Orwell, on connaît surtout 1984, oeuvre SF devenue culte (que je dois relire tant ma chronique me semble pauvre !) sur une société totalitaire. Comme j'ai lu d'autres livres de et auteur je peux affirmer qu'Orwell est un écrivain très engagé socialement, un engagement qu'il a en partie témoigné dans sa vie privée et Hommage à la Catalogne revient sur une de ses expériences.

En décembre 1936, Orwell s'engage dans les milices du POUM (Parti Ouvrier d'Unification Marxiste) en Espagne. Lorsqu'il débarque à Barcelone, un monde nouveau semble émerger.

"Et surtout il y avait la foi dans la révolution et dans l'avenir, l'impression d'avoir soudain débouché dans une ère d'égalité et de liberté."

Sous contrôle des anarchistes et des communistes, les différents secteurs sont collectivisés. la vie est dure mais les gens semblent heureux. Toutefois Orwell, lucide, regrette le comportement de destruction et de saleté qui règne dans la ville. Lorsqu'il part pour le front aragonais, c'est un mélange de joie et de désillusion. Pas d'armes dignes de ce nom, les poux, des stratégies aléatoires... Orwell connaîtra peu de combats et aura le temps d'observer la vie des paysans qui se révèle rudimentaire et précaire. Mais il est aussi profondément heureux d'être là et de vivre dans une société différente.

"Cette communauté où personne ne poursuivait un but intéressé, où il y avait pénurie de tout, mais nul privilège et où personne ne léchait les bottes à quelqu'un, était comme une anticipation sommaire qui permettait d'imaginer à quoi pourraient ressembler les premiers temps du socialisme."

Plusieurs mois après, il retourne à Barcelone. La ville a changé, l'ambiance des premiers instants  a disparu, les dissensions internes la déchirent. Bientôt Orwell se rend compte que la rivalité anarchistes/ communistes empire et va jusqu'à provoquer meurtres et représailles. Il écrit cette phrase prophétique.

"Personne de sensé ne s'imaginait qu'il y aurait aucun espoir de démocratie, même au sens où nous l'entendons en Angleterre et en France, dans un pays aussi divisé et épuisé que le serait l'Espagne une fois la guerre terminée."

Blessé à Huesca, Orwell et sa femme veulent quitter l'Espagne mais bientôt le POUM est déclaré illégal et l'écrivain doit se cacher. Il assiste, dégoûté, à l'épuration des éléments trotskystes du parti, à la complaisance des médias et aux arrestations arbitraires. Enfin Orwell arrive à partir pour la France en juin 1937 sans avoir de nouvelles de certains de ses camarades.

Dans les annexes, Orwell revient sur la difficulté à démêler l'imbroglio politique espagnol et qu'il en était ignorant. Lui ne voyait pas les différences et avait intégré le POUM car lui-même était membre de l'ILP (Parti travailliste indépendant) en Angleterre (a priori les membres étaient automatiquement incorporés au POUM). Il parle aussi des réactions des autres puissances européennes face à la guerre d'Espagne et de la position ambivalente de l'URSS qui tout à chacun voit un danger de la montée du socialisme et particulièrement du communisme.

Dans les dernières pages de son témoignage, Orwell s'adresse au lecteur.

"Au cas où je ne vous l'aurais pas déjà dit précédemment au cours de ce livre, je vais vous dire à présent ceci : méfiez vous de ma partialité, des erreurs sur les faits que j'ai pu commettre, et de la déformation qu'entraîne forcément le fait de n'avoir vu qu'un coin des événements. Et méfiez-vous exactement des mêmes choses en lisant n'importe quel autre livre sur la guerre d'Espagne."

Une mise en garde qui fait écho à son histoire sur place où la désinformation, les rumeurs, les partis pris ont conduit à la défaite.

Avec Hommage à la Catalogne, George Orwell dénonce les dérives du communisme et la manipulation politique et médiatique. Mais c'est aussi un très beau texte sur le désir de liberté et d'égalité. Un écrit passionnant qui me donne envie de découvrir les oeuvres d'Orwell que je ne connais pas.

Oeuvre de George Orwell déjà lues :

1984

La ferme des animaux

Une fille du pasteur

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article