Troie, tome 2 : Le bouclier du tonnerre de David Gemmell

Publié le par Walpurgis

Roman mythologique

Grand format

Traduction : Rosalie Guillaume

Edition : Bragelonne

Date de parution : 2008

Nombre de pages : 452

La guerre menace.
Tous les rois de la Grande Verte se rassemblent, chacun dissimulant de sinistres plans de conquête et de pillage.
Dans ce maelström de traîtrise, trois voyageurs vont faire osciller la balance: Piria, une prêtresse fugitive cachant un terrible secret; Calliadès, un guerrier aux idéaux élevés et à l'épée redoutable; et son meilleur ami, Banoclès, qui se taillera une légende dans les combats à venir.
Ensemble, ils voyagent jusqu'à la fabuleuse cité de Troie, où les ténèbres viendront bientôt éclipser pour des siècles les triomphes et les tragédie des mortels ordinaires. Car l'époque glorieuse de l'âge du bronze n'est pas taillée pour les hommes, mais pour les héros !

Après une entrée en matière réussie, David Gemmell continue sa version de la guerre de Troie avec Le bouclier du tonnerre. Ce dernier semble être la clé qui pourrait sauver Troie, une prophétie vieille de plusieurs années que Priam et son épouse tentent de faire accomplir...

L'action se passe après la défaite des mycéniens à Troie mais Agamemnon loin de se résigner prépare la guerre et chacun va devoir choisir un camp. Pour ce tome, David Gemmell a fait le choix de donner la vedette à d'autres personnages que ceux du premier tome. Ce n'est pas pour avant qu'on ne voit plus Hélicon ou Andromaque mais ils sont mis en retrait. Le récit s'articule autour d'Ulysse qu'on est heureux de retrouver tant ce personnage est une réussite, de deux guerriers mycéniens exilés nommés Calliadès et Banoclès et enfin Piria, une fugitive déterminée à rejoindre Troie. En arrière-plan, on retrouvera moult personnages présents dans l'Iliade mais là encore à la sauce Gemmell. Les figures d'Hector et d'Achille m'ont beaucoup plu et offrent un grand moment en deuxième partie du récit.

Le traitement des personnages n'est pas une réelle surprise pour qui connaît bien l'auteur. Deux guerriers d'honneur dont un à l'esprit simple, une jeune femme farouche qui se dégèle petit à petit. On reste dans la galerie de portraits qu'aime utiliser l'auteur. Mais comme dit plus haut Ulysse sort du lot. Le roi d'Ithaque est un personnage plein d'humour, rusé mais aussi bienveillant. Toutefois, loin d'être faible, il sait s'imposer sur les mers. Il est un élément clé de l'histoire jouera un rôle important dans le conflit à venir bien malgré lui. Car c'est le destin qui s'impose ici, non les dieux ou la volonté de certains hommes. En découle des destins tragiques avec plusieurs moments d'apothéose.

Ce qui peut surprendre est que le récit conserve une première partie assez posée et que les événements attendus arrivent plus tard mais sans réel ennui durant la lecture. On ressent juste un grand empressement à connaître la suite, à voir ce qui va se passer. Connaître la matière originale et lire cette réécriture de Gemmell est vraiment intéressant tant il se l'est approprié de façon nouvelle.

Ce tome de transition annonce une conclusion épique et tragique que David Gemmell n'a pu malheureusement mener à son terme puisqu'il est décédé brutalement lors de l'écriture du dernier tome que sa femme a conclu pour lui. A suivre...

 

Publié dans Mythologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zina 24/05/2020 10:56

Il faudrait vraiment que je me décide à lire cette série !

cassie 19/05/2020 16:38

j'ai eu un méga coup de coeur pour cette trilogie, et dans le tome 3, je serais incapable de dire à quel moment Stella a pris la plume!! :)

Walpurgis 19/05/2020 16:40

Je suis tout à fait d'accord avec toi, pour le 3e (oui je l'ai déjà lu ;-) ) on ne voit pas la différence. Cette trilogie est une réussite et permet de voir Gemmell dans un registre légèrement différent.