Colomba de Prosper Mérimée

Publié le par Walpurgis

Roman classique

Format poche

Edition : Le livre de poche

Date de parution : 1995

Nombre de pages : 250

Balle chaude ou fer froid ! En Corse, lorsqu'on a un ennemi, il faut choisir entre les " 3S ", Schiopetto, Stiletto, Strada.
Le fusil, le stylet ou la fuite ! 
Orso della Rebbia en fait la tragique expérience bien malgré lui. A peine a-t-il foulé le sol natal que sa soeur lui rappelle son devoir : venger son père assassiné deux ans plus tôt. Un acte qui échoit à Orso en qualité de chef de famille, dût-il périr ou finir ses jours dans le maquis!
Colomba a juré la mort des Barricini. De ruses en provocations, de guerres sourdes en chicanes, de haines avouées en défis, elle conduit ainsi son frère à l'irréparable...

Mérimée nous transporte en Corse avec son histoire de vendetta après l'assassinat d'un père adoré. Colomba, sa fille, va pousser son frère Orso a effectué une vengeance qu'il repousse de toutes ses forces.

La première partie du roman se concentre sur Orso della Rebbia qui revient au pays après avoir été démobilisé de l'armée. Pendant son voyage, il rencontre un colonel et sa fille miss Lydia qui ne le laisse pas indifférent. Mais à peine arrivé en Corse, Orso reçoit la visite de Colomba et se retrouve dans la boucle de la vendetta. Orso, épris de Miss Lydia, veut seulement vivre tranquille mais en plus de sa sœur il est rattrapé par l'état d'esprit de ses compatriotes. 

Mérimée qui a visité la Corse propose des descriptions précises de paysages mais aussi quasiment une étude sociologique sur les mœurs corses. Les traditions prennent une grande place dans la vie des insulaires et s'opposent à la "raison" qui a lieu en métropole. Plusieurs fois, Orso se dit qu'il n'est pas un sauvage mais peut-il lutter contre la passion de sa sœur ?

Descendant d'une famille noble et ancienne (à la surprise du colonel et de Miss Lydia), il est l'opposé de ses rivaux Barricini, famille sans honneur. Orso est un personnage indécis, tiraillé mais qui a une belle âme tout comme ses bandits du maquis qui ont un certain sens de l'honneur, eux aussi. 

Et sa sœur, Colomba, est l'incarnation de la beauté méditerranéenne, aussi vénéneuse que Carmen, autre roman de Mérimée. D'une grande force, elle fustige la crainte de son frère et s'élève quasi en chef de famille même si son statut de femme ne le permet pas. Ses machinations fonctionnent à merveille et sa vigilance nécessaire à la survie de son frère. 

A contrario, Miss Lydia est une femme gentille mais snob. Dans plusieurs passages, ses dialogues sont d'une stupidité incroyable. Elle est assez antipathique pendant le voyage mais son amour pour Orso la rend plus attachante en Corse. 

Ce roman est donc une peinture réussie de la Corse et de ses traditions. Mérimée y dévoile la beauté sauvage et la passion qui l'animent. Colomba est le personnage-clé de cette histoire comme le laisse supposer le titre et c'est elle qui fera basculer le destin de son frère. Un bon moment de lecture à réserver aux amoureux des classiques.

 

Publié dans Classique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article