Les Livres des Rai-Kirah, tome 1 : L'Esclave de Carol Berg

Publié le par Walpurgis

Roman fantasy

Format poche

Traduction : Elisabeth Vonarburg

Edition : Folio SF

Date de parution : 2012

Nombre de pages : 621

Seyonne n'a pas toujours été esclave.
Autrefois, les membres de son peuple étaient les gardiens d'une magie protégeant le monde contre les démons. Autrefois... avant que les Derzhi ravagent leur terres et les réduisent en esclavage.
Après seize années de misère et d'humiliation, Seyonne est résigné: il attend la mort en évitant le surcroit de souffrance qu’apportent l'espoir et le souci d'autrui.
Mais, lorsqu'il est acheté pas Aleksander, prince de l'empire derzhi, son fatalisme désespéré vacille. Ce nouveau maître, d'une insouciante cruauté, héritier d'une civilisation qui a assujetti la sienne et règne sans partage sur son monde, semble la proie des démons.
Que deviendrait le monde sous l'emprise d'un empereur à leur merci? Devinant en Aleksander les germes de la grandeur, l'esclave devra, pour la sauver, trouver la force de mener son dernier combat.

COUP DE COEUR !!!

Acheté en 2016, ce roman patientait donc depuis un moment dans ma PAL. Finalement, je n'étais plus très attirée par le résumé et cette année pou me motiver à le lire, je l'ai incorporé au challenge ABC littératures de l'imaginaire. Et bien m'en a pris car finalement ce roman s'est révélé passionnant !

Premier tome d'une trilogie, l'esclave peut se lire comme un one-shot. Premier bon point sachant qu'en fantasy, il est difficile d'en trouver. Ce récit narre l'histoire de Seyonne, esclave depuis 16 ans et ancien gardien du monde contre les démons (les Rai-Kirah) dont la magie a été amputée. Après une vente, il se retrouve esclave-scribe au sein de la famille royale Derzhi au service du jeune héritier Aleksander. Entre l'esclave et le prince va se nouer une relation étrange entre mépris et respect. Le prince impétueux ne manque pas d'ennemis et à la cour apparaissent des courtisans mystérieux. Bientôt Seyonne se met en tête de protéger son prince qui semble être bien plus qu'il ne le pense.

La première partie est quasi intimiste se déroulant exclusivement  dans le palais avec des scènes de tête à tête ente l'esclave et son maître. Leur relation évolue rapidement, chacun se sondant et essayant d découvrir ce que chacun cache vraiment. Les personnages sont très attachants et c'est la grande force du roman. Seyonne est un homme qui a accepté sa condition d'esclave mais qui retrouve malgré lui l'aplomb auprès d'un prince irascible. Son passé se rappelle à lui lorsqu'une menace apparaît au sein de la cour Derzhi. Aleksander est peut-être plus attendu comme personnage car le prince arrogant et cruel se révèle finalement plus subtil et plus gentil qu'il ne le semble. Mais c'est avec plaisir qu'on attend ses réactions et ses décisions, un genre de personnage entre deux eaux que j'apprécie beaucoup. L'équilibre est parfait dans ce duo qui va devoir s'allier pour résister aux ennemis communs.

La seconde partie bascule vers un côté plus épique et sort de l'environnement exclusivement Derzhi. L'univers créé par Carol Berg se dévoile un peu plus et la magie prend une place plus prépondérante. Le passé du monde avant l'empire Derzhi est esquissé mais c'est surtout le peuple quasi disparu de Seyonne, les Ezzariens, qui est mis en avant. Les 600 pages défilent et le lecteur avale tout cru l'histoire bien calibrée. Pas de réelle surprise mais un plaisir immense à suivre le parcours de ce duo attachant. Finalement, ce roman m'a transporté tout du long et j'ai apprécié grandement ma lecture. Le style de Carol Berg passe très bien et se lit facilement. Je conseille ce roman à l'histoire très sympa et au duo savoureux.

 

Publié dans Coups de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Sophie 29/07/2019 11:07

Je viens de le trouver d'occasion, donc il fait partie de mes prochaines lectures ! :)

Walpurgis 30/07/2019 09:36

Tu me diras ce que tu en penses alors ! Car je l'ai lu avec envie alors que je pensais que ça m'ennuierait un peu.