Les livres de Corum, tome 1 : le chevalier des épées de Michael Moorcock

Publié le par Walpurgis

Roman fantasy

Format poche

Traducteur : Bruno Martin

Edition : Pocket

Date de parution : 1994 

Nombre de pages : 215 

Corum est une figure du champion éternel, comme Elric, Hawkmoon et Erekosë. Sur le plan où il se situe, l'homme vient d'apparaître et les Grands Dieux d'Antan commencent à trembler de peur. Les anciennes races retournent à l'état bestial. C'est parmi elles cependant que se lève le héros décidé à lutter contre le chaos naissant.

Après avoir lu le cycle d'Elric, il était temps que je m'attaque aux livres de Corum qui m'attendaient depuis 2012 dans ma PAL. J'avais peur que cette saga soit une redite d'Elric mais le traitement est un peu différent. J'ai terminé cette lecture avec une pointe d'indifférence, pas vraiment convaincue par Corum...

Le prince Corum fait partie des Vadhaghs, une race civilisée férue d'art et de culture mais renfermée sur elle-même. Ce peuple vit en hamonie avec leurs anciens ennemis : les Nhadrags. L'apparition des êtres humains, nommés Mabdens, va rompre l'équilibre de cet univers. Les Mabdens décidés à conquérir le monde, tuent les Vadhaghs et soumettent les Nhadrags. 

Corum est l'une des figures du champion éternel. Loin de l'agressivité et du talent martial d'Elric, c'est un être plus pacifique et mélancolique. Il ne sait pas manier les armes et ce sont les circonstances qui les lui font prendre. Doté d'un physique un peu étrange, il a une allure quasi divine a contrario des humains vus pour certains comme des bêtes. Mutilé et torturé, il va chercher vengeance mais tout en laissant parler ses sentiments quitte à l'attendre. 

L'environnement de Corum est basé sur les multivers mais ici expliqué de façon plus précise avec 15 plans majeurs dominés par le Chaos. Mais son monde est vu un peu trop rapidement et aucune carte n'accompagne le récit ce qui est un peu dommage. Les concepts de la Loi et du Chaos sont repris a minima, Corum n'est pas un instrument comme peut l'être Elric mais il agit de lui-même sans influence, faisant ses propres choix actés par ses sentiments. Le Chaos fait une apparition remarquée et j'ai eu un grand plaisir à retrouver Arioch, toujours aussi malicieux.

Après j'ai vraiment levé les yeux au ciel de voir cette romance avec Rhalina qui se fait dans la seconde, c'est d'un mièvre assez agaçant. En fait, j'ai vraiment l'impression de croiser ce genre d'histoire d'amour dans beaucoup de romans fantasy vieux ou récents (j'ai pensé notamment au personnage de Cellendhyl de Michel Robert). On balance une femme et hop le héros n'a jamais vu de femme plus merveilleuse et sans s'en rendre compte il est amoureux et gnagnagna. Bon bref, je n'ai vraiment pas aimé ce passage.

Ce qui m'a vraiment surprise par contre c'est la violence de certaines scènes. Plus que les tueries du début, c'est la torture que subit Corum qui m'a bien écoeuré. Cette épreuve fera de Corum un personnage plein de vengeance mais aussi plein d'incompréhension face à la cruauté de ces mabden dont les motivations lui échappent. C'est ça qui est vraiment intéressant, c'est de voir que Corum ne comprend pas ce comportement et qu'il essaie d'y parvenir.

Même si ce premier tome ne m'a pas fort emballé, le personnage a du potentiel et me donne envie de lire la suite. De plus le roman est court, l'écriture simple et dynamique. J'ai hâte de voir ce que va donner la suite des aventures de Corum.

 

 

 

 

Publié dans Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mr K 03/05/2019 14:08

Je ne connais pas ce cycle (j'ai lu Elric et Hawkmoon), j'attends la suite de tes critiques pour -peut-être- me lancer dans cette lecture. ;)

Walpurgis 04/05/2019 14:06

Je n'ai lu qu'Elric que j'avais assez bien aimé malgré les redites dans certains récits. Je lirai prochainement la suite ! (enfin dans l'année je pense).