L'homme du lac d'Arnaldur Indridason

Publié le par Walpurgis

Roman policier

Grand format

Traducteur : Eric Boury

Edition : France Loisirs

Date de parution : 2008

Nombre de pages : 453

A la suite des tremblements de terre d'Islande en juin 2000, le lac de Kleifarvatn se vide peu à peu. Une géologue chargée de mesurer le niveau de l'eau découvre sur le fond asséché un squelette lesté par un émetteur radio portant des inscriptions en caractères cyrilliques à demi effacés. Erlendur et son équipe se voient chargés de l'enquête.

Deuxième rencontre avec l'auteur islandais mais premier contact avec l'inspecteur Erlendur, flic déterminé mais rongé par les soucis personnels. Épaulé par son équipe composée de Sigurdur Oli et Elinborg, Erlendur va se lancer sur les traces de ce cadavre découvert dans un lac. 

L'homme du lac est une enquête qui va nous plonger dans le passé communiste de l'île et nous lancer sur la trace d'étudiants islandais invités en Allemagne de l'Est. C'est sans aucun doute la partie la plus intéressante du livre. On découvre la vie à Leipzig, l'université entre étudiants communistes de tous pays, les suspicions, la propagande et les désillusions. On comprend d'ailleurs assez vite qui est le cadavre mais le suspense n'est pas tellement ce qu'on recherche ici. c'est l'ambiance particulière de l'Allemagne de l'Est mais aussi celle de l'Islande actuelle pendant un été, saison que n'aime pas notre inspecteur. Le lecteur suit notamment les traces de Tomas, jeune communiste prometteur dont l'idéalisme va en prendre un coup suite notamment à sa rencontre avec une étudiante hongroise. 

Une deuxième enquête vient se greffer, celle de la disparition soudaine d'un homme trente ans auparavant. Une disparition qu'Erlendur prend personnellement en charge, touché par le désespoir de la femme qui attend encore son amant de l'époque. Les deux histoires sont-elles liées ?

Parallèlement, on suit la vie personnelle d'Erlendur et de ses collègues. Celle d'Erlendur est chaotique, sa fille droguée fait une rechute, son fils réapparaît et la disparition de son frère enfant revient le hanter. Ce qui contraste avec la vie heureuse pleine de réussite de sa collègue Elinborg, en plein succès avec ses livres de cuisine et la vie de couple plutôt réussie de Sigurdur Oli, toutefois harcelé par un homme rongé par la culpabilité.

Si ce roman m'a bien plu c'est grâce à son atmosphère et au sujet traité qui est le communisme en Allemagne de l'Est. Le rythme est lent mais pas ennuyant, on prend son temps tout simplement. Ce n'est pas un polar à suspense ou à grande révélation mais c'est très agréable à lire.

 

 

Publié dans Policier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
J'ai aussi beaucoup apprécié ce tome que j'ai lu il y a plus de trois ans maintenant. J'avais beaucoup aimé la partie sur le passé très intéressante. Mais le reste est très bien aussi. J'aime beaucoup Erlendur.
Répondre
W
Je ne connais pas encore assez bien Erlendur mais comme je pense lire d'autres tomes, j'apprendrai à mieux le connaître. La partie sur le passé est ce que j'ai préféré.