Le diptyque du temps, tome 2 : Le requiem des abysses de Maxime Chattam

Publié le par Walpurgis

Thriller

Format poche

Edition : Pocket

Date de parution : 2013

Nombre de pages : 596 pages

Pour oublier le criminel qui a terrorisé Paris lors de l’Exposition universelle de 1900 et se remettre de leurs aventures, l’écrivain Guy de Timée et Faustine, la belle catin, se sont réfugiés au château d’Elseneur dans le Vexin. Mais là, dans une ferme isolée, une famille est assassinée selon une mise en scène macabre, alors que l’ombre d’une créature étrange rode dans les champs environnants…
Guy, dans sa soif de comprendre le Mal, de le définir dans ses romans, replonge dans ses vieux démons, endossant à nouveau ce rôle de criminologue, qui le conduit peu à peu, comme un profiler avant la lettre, à dresser le portrait du monstre. Pendant ce temps, à Paris, les momies se réveillent, les médiums périssent étrangement et les rumeurs les plus folles se répandent dans les cercles occultes...

Suite immédiate du Léviatemps, Le Requiem des abysses se passe quelques mois après l'épilogue sur l'affaire Hubris. Réfugiés dans le Vexin, Guy de Timée et Faustine essaient de se reconstruire. Sauf que le calme ne va pas durer et une nouvelle affaire de meurtre va entraîner Guy sur la piste d'un nouveau tueur particulièrement violent.

Guy de Timée prend toute la place de roman, beaucoup plus que dans le premier tome. Faustine y est en retrait et va jouer le rôle de garde-fou de l'écrivain. Guy va en effet renouer avec sa part d'ombres et se plonger dans l'esprit du criminel tel un profiler. Un voyage dans un esprit dérangé qui va lui faire côtoyer les pires aspects de l'âme humaine mais surtout lui poser des interrogations sur sa propre attitude face au Mal.

Et si dans la campagne du Vexin, les meurtres sont horribles, des évènements étranges se passent en parallèle à Paris dans le milieu spirite. Un milieu que Guy connaît depuis son enquête précédente. Des momies semblent s'évader de leurs vitrines et des médiums sont assassinés ou enlevés.

Maxime Chattam nous plonge encore une fois avec réussite dans la France de 1900. Après la vie trépidante parisienne en plein expo universelle, c'est le calme de la campagne qui est à l'honneur. Le rythme du roman est mené tambour battant, les chapitres sont courts et on a juste envie de connaître la suite. L'auteur joue avec nos nerfs, multiplie les rebondissements et empreint son histoire d'un sentiment d'urgence angoissante.Les descriptions des meurtres sont toujours aussi crues et intolérables à décrire.

 

Publié dans Thriller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
J'avais pas du tout aimé le 1er tome ! la seule chose qui m'avait plu c'est le contexte historique :/
Répondre
W
Alors je ne te conseille pas la suite qui n'aurait aucun intérêt pour toi puisque le contexte historique est moins marqué.