L'agent des ombres, tome 2 : Coeur de Loki de Michel Robert

Publié le par Walpurgis

Roman fantasy

Format poche

Edition : Pocket

Collection : Fantasy

Date de parution : 2007

Nombre de pages : 669 pages

Cellendhyll de Cortavar, l'Ange du Chaos, le guerrier implacable et invincible, a tout perdu. Sa puissance, sa force et sa rapidité ne sont plus que de lointains souvenirs. Depuis l'implantation de son deuxième cœur, son "Cœur de Loki", il est métamorphosé. Déchu, ayant inéluctablement perdu sa puissance physique, il s'est enfermé dans un mur de mépris et de haine.
Désireux de lui faire reprendre du service, son maître Morion lui confie alors ce qui devait être au départ une simple mission de routine...

Après L'Ange du Chaos, Michel Robert nous propose Coeur de Loki, suite directe du premier tome. On quittait Cellendhyl "récompensé" par son maître morion, le revoilà diminué et bouffi, victime de l'expérience douteuse de son maître.

Une grosse première partie est consacrée à la remise en forme de Cellendhyl par son ami Gheritarish. Une partie un peu longue mais qui reste sympa à lire grâce à l'humour très présent (Gher' est un personnage très sympathique). Quelques combats et une rencontre charmante pimentent le récit. Une rencontre sous les traits d'une guerrière féroce, Devora, qui ne semble pas laisser insensible notre héros. Et c'est là où on lève les yeux au ciel, ça sent les clichés à plein nez. Le récit devient très convenu par la suite puisque l'on plonge dans le coeur d'une mission classique, une affaire banale qui révèle une manipulation des Ténèbres. 

Une deuxième histoire se superpose avec le personnage d'Estrée, soeur de Morion, toujours plongée dans ses propres manipulations. Alliée au Chaos, dépendante d'une drogue, elle va faire une rencontre qui va changer la situation mais pour combien de temps ?

Bilan, une histoire classique mais avec des personnages auxquels on s'attache. Leurs caractères se complexifient, leurs liens se renforcent. L'action est toujours présente mais j'en avais un peu marre des descriptions détaillées de chaque combat. On retrouve toujours une bonne dose d'érotisme, assez dispensable mais pourquoi pas ?

Pour le premier tome, j'avais déjà parlé de la ressemblance de Cellendhyl avec Elric et ça m'a semblé encore plus flagrant ici. Toutefois, Michel Robert, malgré les défauts, a son propre style et ne fait pas de copié-collé de Moorcock. Alors par contre ce qui est inacceptable ce sont les nombreuses coquilles qui parsèment le livre et un ou deux contresens. A part ça, le livre reste agréable à lire mais si vous êtes en quête de nouveauté, passez votre chemin.

 

Publié dans Fantasy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article