La zone du dehors d'Alain Damasio

Publié le par Walpurgis

Roman SF

Format poche

Edition : Folio SF

Date de parution : 2014

Nombre de pages : 656 pages

2084. Orwell est loin désormais. Le totalitarisme a pris les traits bonhommes de la social-démocratie. Souriez, vous êtes gérés ! Le citoyen ne s'opprime plus : il se fabrique. A la pâte à norme, au confort, au consensus. Copie qu'on forme, tout simplement. Au coeur de cette glu, un mouvement, une force de frappe, des fous : la Volte. Le Dehors est leur espace, subvertir leur seule arme. Emmenés par Capt, philosophe et stratège, le peintre Kamio et le fulgurant Slift que rien ne bloque ni ne borne, ils iront au bout de leur volution. En perdant beaucoup. En gagnant tout.

Alain Damasio écrit peu mais toujours avec exigence. Après un gros coup de coeur en 2012 avec La Horde du Contrevent, j'avais très envie de relire cet auteur qui fait bouger nos consciences. Avec La zone du dehors, Alain Damasio nous propose une réflexion intense sur la démocratie et ses dérives, notamment le contrôle des masses. Ce roman écrit en 1999 est donc le premier roman de cet auteur. La version lue ici est une réécriture parue d'abord en 2007.

A Cerclon dans la périphérie de Saturne, Capt est un professeur qui souhaite éveiller les consciences. En parallèle, il est un membre de la Volte, mouvement passif qui souhaite réveiller les consciences dans une société aseptisé où les loisirs souvent virtuels endorment contestations et désirs de liberté. Et La zone du dehors ? C'est au-delà des barrières de la ville où les contestataires, les hors sociétés vivent de façon chiche mais libres. Vus comme des renégats, ils sont surveillés.

De ce scénario, Alain Damasio va construire une critique de nos sociétés occidentales où la démocratie sous couvert de sécurité abolit les libertés (mais tout en douceur). On ne peut que penser à notre situation actuelle dont le fameux Etat d'urgence qui fait tant débat. La résonance est troublante et m'a remué les tripes.

S'appuyant sur des travaux de philosophes, l'auteur argumente son propos tout en nous emmenant suivre les traces des Voltés. Si Nietzsche et Foucault étaient des références connues pour moi, j'étais moins au fait de Gilles Deleuze. Petite parenthèse, le livre m'a donné envie de relire ou de découvrir ces philosophes. S'appuyant sur les travaux de ces hommes sur le thème du pouvoir, de la coercition, Damasio en emprunte le vocabulaire pour son monde dont les fameuses tours panoptiques largement inspirées de Foucault. Vous aurez compris que si vous n'aimez pas l philosophie, les grandes idées, ce roman vous rebutera.

Pour faire passer son idée, Alain Damasio prend tout son temps. Après Capt, nous faisons connaissance avec d'autres membres de la Volte qui incarnent chacun un modèle type de militant. La célébration de leur union, de la force collective qu'ils dégagent, montrent que tout est possible. En remontant l'historique du mouvement et la scission qui va déclencher la volution, le lecteur ressent énormément d'empathie pour ce groupe de libertaires qui prendra tous les risques pour éveiller la population.

La dernière partie est riche en tension dramatique. Et si la démocratie contrôlée n'était pas la meilleur des réponses ? Si vous voulez le découvrir, je vous invite à lire cette oeuvre de la SF.

 

Publié dans SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Zina 19/07/2017 08:07

Il faut que je lise les écrits de ce monsieur ! en plus j'ai Contrevent dans ma PAL ;)

Walpurgis 21/07/2017 10:18

Oh oui Zina ! C'est tellement beau, dramatique, poétique ! Certains n'ont pas été charmés cependant.

Mr K 17/07/2017 14:28

La thématique est clairement pour moi, ça me fait un peu penser à "FUTU.RE" de Glukowsky, une tuerie dans son genre aussi. ;)
Quant à Damasio, je vais pouvoir me faire une idée plus précise de l'écriture avec celui-ci et peut-être réussirais-je un jour à lire la horde! :)

Walpurgis 17/07/2017 14:42

Je n'ai pas lu ce livre de Glukhovsky seulement Métro 2033 qui m'a bien plu déjà donc je pense que je relirai cet auteur.
Pour la thématique, je n'en doutais pas ;-)

Mr K 17/07/2017 12:07

Convaincu! :)
Et pourtant, en deux tentatives, je n'ai jamais réussi à aller au delà des 50 pages pour "La Horde de contrevent". Un de mes rares échecs de lecture SF. :)

Walpurgis 17/07/2017 13:01

Ah ! La Horde du contrevent, je fais partie des convaincus. Je l'ai lu pendant mon voyage en Norvège et l'environnement minéral et venteux des Lofoten m'a apporté un plus indéniable dans l'immersion. Ce roman plaît moins aux fans de la Horde, perso je trouve que ce sont deux oeuvres différentes même si on retrouve le style de l'auteur évidemment. A force de lire tes chroniques, je pense vraiment que ce livre te conviendra et s'il te plaît pas, je pense que ton billet sera tout de même intéressant sachant que tu argumentes toujours à propos. Mais le thème devrait te plaire, non ?