Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson

Publié le par Walpurgis

Roman humoristique

Format poche

Traducteur ; Carole Berg

Edition : Pocket

Date de parution : 2012

Nombre de pages : 543 pages

Le jour de ses cent ans, alors que tous les notables de la ville l'attendent pour célébrer l'événement, Allan Karlsson s'échappe par la fenêtre de sa maison de retraite quelques minutes avant le début de la fête organisée en son honneur. Ses plus belles charentaises aux pieds, le vieillard se rend à la gare routière, où il dérobe une valise dans l'espoir qu'elle contienne une paire de chaussures. Mais le bagage recèle un bien plus précieux chargement, et voilà comment Allan se retrouve poursuivi par la police et par une bande de malfrats.

Tel Arto Paasilinna, Jonas Jonasson nous propose un roman drôle frôlant l'absurde avec comme personnage principal, Allan un centenaire fugueur.

On y retrouve cet humour scandinave à la fois noir et absurde et des personnages délirants et atypiques. Le style est simple sans fioritures et se lit facilement.

Allan est un petit vieux tout à fait charmant. Il doit fêter ses 100 ans mais comme il a vraiment les boules de les fêter à la maison de retraite, il se carapate. Commence alors un road trip plein de surprise et qui commence par un vol de valise !!!

Cette valise qui appartient à des gangsters va permettre à Allan de faire des rencontres aussi dangereuses qu'étonnantes. Une galerie de personnages, dont l'auteur aime nous raconter le passé, vont poursuivre ou s'allier avec le centenaire. Entre un vieux voyou, un vendeur de saucisses cultivé ou une éléphante, Allan est bien entouré tandis que ses poursuivants qui semblent faire la compétition pour être le plus débile ne cessent de le chercher tout comme le blasé inspecteur Aronsson.

Et si cette histoire est un bon moment à passer, j'ai aussi aimé plonger dans le passé d'Allan via des chapitres alternatifs à ceux du présent. Orphelin jeune, Allan, véritable as de l'explosif, va se retrouver en pleine guerre civile d'Espagne, à Los Alamos où la future bombe atomique va être créée, en URSS ou encore en Corée du Nord ! Et là-bas, il rencontrera les pires dictateurs de l'Histoire : Franco, Mao, Staline... ou d'autres personnalités : Truman, De Gaulle... Car sans le savoir, Allan fera l'Histoire !

On rit donc beaucoup malgré des situations pas si drôles : goulags, guerres... mais tout est décrit avec un ton décalé et délirant. A travers cette histoire, l'auteur célèbre l'amitié, les relations humaines mais nous martèle aussi de prendre la vie comme elle vient. Comme dit Allan : "Les choses sont ce qu'elles sont et seront ce qu'elles seront."

 

 

Commenter cet article

Frankie 08/06/2017 20:19

Je garde un super souvenir de ce roman burlesque et son personnage attachant. Et tu as raison, je l'ai appelé Karl dans toute ma chronique ! :D En tout cas, la tienne me donne envie de relire le livre (si je ne n'avais pas déjà des tonnes de livres jamais lus qui m'attendent).

Frankie 09/06/2017 18:58

Je l'ai lu en français donc effectivement j'ai dû être influencée par le nom de famille. Et à l'époque j'avais encore pas mal de commentaires sur mes chroniques mais tu es la première à remarquer mon erreur !

Walpurgis 09/06/2017 14:59

C'est vrai qu'Allan est très attachant ! C'est un super roman qui donne le sourire.
Je pense que tu as été influencée par son nom Karlsson, je me suis dit ben peut-être que le nom est différent si elle l'a lu en anglais ! :-D