Préquelle aux larmes d'Artamon, tome 1 : la traque de l'ombre de Sarah Ash

Publié le par Walpurgis

Roman fantasy

Format poche

Traducteur : Colette Carrière

Edition : Le livre de poche

Date de parution : 2010

Nombre de pages : 629 pages

A Francia, les cendres d'un immense bûcher fument encore. Les mages du royaume ont péri dans les flammes. Seul Rieuk Mordiern, un apprenti alchimiste, a survécu. Ses incroyables pouvoirs seront à l'origine d'une nouvelle forme de magie, que les alliances douteuses du jeune homme rendront plus dangereuse que jamais. Ailleurs dans le royaume, un guerrier - recueille une orpheline. Il est loin de se douter que cette fille d'un mage assassiné est protégée par un puissant esprit, et que, poussée par la vengeance, elle se servira de sa voix merveilleuse pour devenir une arme tranchante, braquée sur l'homme qu'elle hait de toute son âme...

C'est avec ce préquelle à sa saga principale que je fais connaissance avec Sarah Ash. La traque de l'ombre prend racine dans un monde composé de différentes îles où des royaumes s'allient ou se font la guerre. L'auteur a choisi des noms qui nous interpellent : Francia et sa capitale Lutèce, Muscobar, Djihan-Djihar... Du fait, on s'imagine aisément les royaumes dans leurs différences culturelles.

En plongeant dans le récit, j'ai tout de suite pensé aux Templiers qui, ici, seraient les mages. Désavoués, ils sont exterminés sous le coup de pratiques occultes, extermination pratiquée par la redoutable Inquisition. La religion est omniprésente ici et sous un aspect peu positif. Une guerre de religions embrase les royaumes, comment ne pas penser à la prise de Jérusalem lorsque Ruaud de Lanvaux s'empare du sanctuaire de l'Endhessar. Au fil du récit, les différentes stratégies des hommes d'église façonnent les politiques royales afin de conserver des reliques et des artefacts.

Dans cette histoire, j'ai apprécié les différents personnages. Klervie/Célestine est une jeune fille attachante, intelligente. J'ai beaucoup aimé son caractère qui cache une grande détermination. Son protecteur, Ruaud de Lanveaux, est le chevalier par excellence. Courageux, séduisant, humble, sa foi chevillé au corps, on suit son évolution avec intérêt. Autre de ses protégés, Jagu, plus effacé, va rejoindre le chevalier suite à un traumatisme d'enfance. Autre protecteur qu'ont en commun Célestine et Jagu, Henri de joyeuse, personnage adorable, musicien hors pair, qui apporte une touche de légèreté. Enfin Rieuk, apprenti mage, dont les aspirations vont le conduire près de collègues aux pouvoirs maléfiques. Amoureux, manipulé, il va commettre les pires actes qui lui arracheront des remords.

Ces personnages font qu'on se passionne pour leur destin et par extension pour le récit. La magie est peu présente par rapport à la religion. La magie liée à l'émissaire est intéressante ainsi que les différents genres de mages, malheureusement ce dernier point est à peine abordé. Côté religion, le sujet est beaucoup plus précis, on apprend différentes histoires sur les saints comme on peut connaître des morceaux de la Bible. Cela donne plus d'épaisseur au récit et ne manque d'intérêt pour comprendre les rivalités.

Au final, j'ai vraiment apprécié La traque de l'ombre. Ce tome a réussi à titiller ma curiosité. Je me suis attachée aux différents personnages notamment Célestine et Ruaud de Lanveaux. J'ai hâte de connaître la suite et si celle-ci me plaît, je me laisserai bien tenter par Les larmes d'Artamon.

 

Publié dans Fantasy

Commenter cet article

cassie 08/02/2017 10:32

j'ai la trilogie dans ma PAL, mais j'ignorais qu'il y avait un préquel, en tous cas, j'ai hâte de lire cette trilogie ;)

Walpurgis 08/02/2017 17:44

Quand je l'ai acheté, je pensais pas que c'était une préquelle en 2 tomes suivie d'une trilogie. Ça m'a bien plu alors je vais continuer, ça donne envie de découvrir cet univers.