Le Vaisseau ardent de Jean-Claude Marguerite

Publié le par Walpurgis

Livre unique en son genre

Format poche

Edition : Folio

Collection : SF

Date de parution : 2013

Nombre de pages : 1562 pages

Yougoslavie, fin des années cinquante. Dans un petit port de l’Adriatique, Anton et Jak, dix et onze ans, assouvissent leurs rêves de piraterie en volant des bijoux, de l’argent et des instruments de navigation sur les bateaux qu’ils astiquent pendant le jour – tout un butin qu’ils entreposent dans une cave laissée à l’abandon.
Alors qu’ils doivent cesser leurs cambriolages, car pêcheurs et miliciens recherchent activement les voleurs du port, les deux garçons font la connaissance d’un ivrogne. En échange d’alcool, le vieil homme leur raconte l’épopée du Pirate Sans Nom, un forban hors du commun qui aurait disparu sans laisser de trace, tout en emportant avec lui son trésor, le plus fabuleux de l’histoire de la piraterie.
Pour Anton, ce qui n’est sans doute qu’une légende va devenir sa principale raison de vivre. Devenu un pirate des temps modernes, un pilleur d'épaves, sa quête le mènera aux quatre coins de la planète, et il découvrira que derrière l’énigme du Pirate Sans Nom s’en cache une autre, bien plus ancienne, celle du Vaisseau ardent…

Le Vaisseau ardent est un livre unique, incroyable, dont il va être difficile de parler. C'est grâce à Mr K que j'ai eu envie de le découvrir. De la piraterie, de la mythologie, du mystère... Tout pour me faire rêver ! Mais ce récit est bien plus que ça et ses 1562 pages ne sont pas inutiles mais se méritent.

Un pharaon qui souhaite conquérir l'île du Chaos et disparaît mystérieusement avec toute sa suite est le début mystérieux de ce livre fleuve. Puis, c'est en Yougoslavie, fin des années 50, qu'on rencontre Anton et son ami Jak, qui rêvent d'être des pirates. Anton, jeune garçon, qui part en esprit et en songes pour des aventures lointaines. Lorsque les deux amis rencontrent l'Ivrogne, la légende du pirate sans nom apparaît.

Qui est ce pirate mystérieux, ignoré par l'histoire ? Où est son trésor, qu'on devine inestimable ? Le commandant Anton Petrack est sur ses traces, 50 ans plus tard, et semble trouver le chemin après sa rencontre avec Nathalie, une jeune historienne. Le tout est entrecoupé de carnets de bords, de légendes diverses, païennes ou bibliques, de références à des oeuvres littéraires ou musicales. Tout est coïncidence ? Non, tout est convergence ! Tout est lié, imbriqué, délicieusement mêlé.

C'est dans ce labyrinthe mêlant aventures, histoire, légendes et mysticisme que le pirate sans nom intrigue le lecteur. On ne peut que tourner les pages pour découvrir l'homme qui se cache derrière. Il est drôle de voir qu'on s'accroche tant à un anonyme mais il n'est pas seul. On se prend d'affection pour Anton et ses rêves fous, l'ivrogne et sa vie audacieuse, Nathalie et ses hésitations. Chacun joue un rôle qui le lie aux autres.

L'humain est au centre de ce roman. Chaque personnage est trouble, faillible mais capable du meilleur. Nous sommes à leurs côtés, dans leurs pensées, leurs doutes, leurs contradictions. Ils sont entiers, s'offrent au lecteur comme peu de personnages le font. On peut être dégoûté, ravi, étonné, ils sont simplement humains.

C'est tout un questionnement sur la vie que l'auteur nous propose. Sur nos rêves, nos aspirations, cette frontière poreuse entre la réalité et la fiction. Anton c'est l'enfant pour qui tout est possible, Nathalie, l'idéaliste qui sommeille en nous, Petrack c'est la désillusion, José  l'adulte qui rêve encore.

Au-delà des questionnements qu'il suscite, le récit est magnifique, merveilleusement écrit. Certes, des longueurs parsèment cette histoire mais finalement, aucune est inutile. Un très grand livre qui nous fait voyager, réfléchir et appelle l'enfant qui est en chacun de nous.

 

Publié dans SF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mr K 09/01/2017 14:23

On rejoint complètement au niveau de nos deux avis, ça devient une habitude! ;)
J'ai trouvé des similitudes entre ce récit et des références comme le conte "Peter Pan", le côté onirique et barré de la fin d'ouvrage y fait penser. :)

Walpurgis 09/01/2017 20:57

Et oui ! Il est tellement magique ce livre et spécial ! Merci de me l'avoir fait découvrir.
Les références sont nombreuses et le final est, en effet, très Peter Pan.
D'ailleurs, faudrait que je lise la vraie version et non celle de Disney que j'avaisl u petite.

Arieste 08/01/2017 22:59

Je ne connais pas du tout mais ton avis donne très envie de le lire :)

Walpurgis 09/01/2017 20:51

Merci Arieste ! Car ce n'est jamais évident de parler d'un livre qu'on a apprécié.

auchapitre 08/01/2017 18:31

Je l'ai dans ma PAL. Très envie de le lire, mais j'attends un bon moment ;) Ta chronique donne envie de s'y plonger :)

Walpurgis 08/01/2017 19:10

Oui ! Attends le bon moment. Je n'aurais pas pu le lire pendant les fêtes par exemple car trop de distractions. Contnte que ma chronique donne envie !

Pauline 08/01/2017 16:25

Ton avis positif fait que je ne vais peut-être pas oublier de le lire cette année... Affaire à suivre. Il me tente énormément en plus... C'est du grand n'importe quoi !

Walpurgis 08/01/2017 19:09

Il faut le lire mais il faut surtout choisir le bon moment car il demande de la concentration et de l'engagement. Puis c'est un pavé alors il ne faut pas se tromper !
Je ne mets pas du tout la pression ! ;-)

Le Chat du Cheshire 08/01/2017 13:58

Un gros pavé, très intéressant :) !

Walpurgis 08/01/2017 14:31

Pavé, c'est sûr ! Intéressant ? Complètement ! Ce livre est super et unique ! Ca fait poster des questions aussi bien sur la création littéraire que sur les rêves.