Rien ne s'oppose à la nuit de Delphine de Vigan

Publié le par Walpurgis

Biographie

Grand format

Edition : JC Lattès

Date de parution : 2011

Nombre de pages : 437 pages

COUP DE COEUR !

" Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence. "

Il n'est jamais facile d'écrire sur sa famille, notamment sa mère. Elle est sur la couverture, une belle jeune femme blonde au visage fin, les yeux en amande. Et jamais, on ne devinerait sa vie émaillée de tragédies, ni sa maladie.

C'est avec pudeur mais sans fard que Delphine de Vigan parle de cette douleur qu'a sa mère. Une douleur que personne n'arrive à soigner, que désormais la société connaît sous le nom de bipolarité.

C'est en découvrant le corps de sa mère, plusieurs jours après sa mort, que Delphine de Vigan va ressentir le besoin d'écrire sur sa mère et sa famille. Elle hésite, se questionne mais malgré tout, elle mène l'enquête. Elle a peur de blesser mais elle doit savoir ce qui a conduit Lucile à cette fin solitaire.

On plonge dans le passé du Paris après-guerre, une charmante enfant blonde qui pose pour les magazines. Les liens qui l'unit à ses frères et soeurs et à ses parents. Cette préférence du père qui en deviendra soupçonneuse. Le bonheur des vacances, des grands repas mais aussi les accidents, les suicides, la folie... Plus que Lucile, c'est toute la fratrie qui vit sous nos yeux, c'est à elle dans son ensemble qu'on s'attache. Ces noms : Justine, Violette, Antonin, Barthélémy, Tom...s'associent à Lucile pour nous montrer toute la complexité des liens familiaux, des histoires de famille que tout un chacun vit.

L'écriture de Delphine de Vigan est juste et belle. Pas de fioritures, pas de sens caché. Juste la vie d'une famille avec son lot de bonheur et de malheur. On aurait pu craindre de tomber dans un certain voyeurisme mais rien de tel n'a effleuré mon esprit de lectrice. Je salue ce bel hommage à une femme qui a plus survécu que vécu.

 

Publié dans Coups de coeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article