Ramsès, tome 2 : le temple des millions d'années de Christian Jacq

Publié le par Walpurgis

Roman historique

Format poche

Edition : Pocket

Date de parution : 1996

Nombre de pages : 380 pages

SAGA ABANDONNEE

A 23 ans, Ramsès triomphe enfin et accède au trône. Le jeune roi au corps d'athlète et à la chevelure blonde détient désormais le testament des dieux légué par son père Séthi. Mais son couronnement n'a pas désarmé ses ennemis. Pour déjouer les pièges de son frère aîné, vaincre la magie noire d'un mystérieux sorcier et l'hostilité des Hittites, le nouveau pharaon choisit la seule voie possible : bâtir un temple des millions d'années.

Je n'avais pas été très emballée par le tome 1, qu'en est-il du tome 2 ?

Une chose n'a pas changé : je n'aime pas Ramsès. Enfin au pouvoir, le jeune homme arrogant devient une pleureuse professionnelle vis à vis de son père, Séthi 1er. Dans les coulisses, Chénar, son frère, travaille à la perte du futur pharaon.

Il y a beaucoup de longueurs notamment pendant la première partie consacrée au deuil. Il ne se passe pas grand chose et même si les choses s'accélèrent par la suite, je n'ai pas aimé ce récit. Comme je l'ai déjà souligné, Ramsès me sort par les yeux et la constitution aléatoire de son gouvernement m'a semblé naïve, on se croirait dans un vieux Disney ! Son entourage trouve grâce à mes yeux en général sauf Serramanna, son garde du corps, d'une connerie confondante.

Je passe rapidement sur le couple royal car n'étant pas fan de romance, je n'arrive pas à apprécier ce couple parfait. Au final, je regrette qu'ils soient magnifiés à ce point dans le roman. Autant, ils étaient vus comme les représentants des dieux sur Terre par leur peuple, j'aurais aimé, en tant que lectrice, voir leur côté humain (et pas leurs 2-3 failles de pacotille).

Quant à l'intrigue en elle-même, elle n'est pas mauvaise mais je déplore qu'il soit difficile de démêler la fiction de l'historique. Mis à part ça, c'est agréable à lire car l'écriture est simple et fluide. Il reste aussi l'attrait qu'exerce l'Egypte antique sur nos imaginaires, les descriptions font rêver.

Malgré ces derniers points positifs, je ne continuerai pas la saga et j'ai écarté de ma PAL, une autre saga de Christian Jacq : La pierre de lumière.

 

Publié dans Historique

Commenter cet article

Frankie 20/12/2016 11:48

C'est dommage que tu ne persistes pas car j'avais bien aimé cette saga. Après j'avais trouvé que 5 tomes c'était long et je pense que ça a vieilli et que les histoires de Christian Jacq sont en fait très naïves, presque jeunesse. J'ai eu ce sentiment en lisant le premier tome des Enquêtes de Setna. Et franchement tu ne perds rien en ne lisant pas La pierre de lumière, c'est après cette saga que j'ai arrêté de lire du Christian Jacq pendant plus de 10 ans.

Walpurgis 21/12/2016 11:07

C'est sûr que l'on ne peut pas non plus renier tout ce qu'on a lu avant (ou écouter comme musique) et puis nos goûts évoulent c'est normal. Si j'avais lu Christian Jacq plus jeune, ça auraiut pu me plaire, je pense.

Frankie 20/12/2016 19:42

Cucul est exactement le terme qui convient :) Et ça n'a pas changé ! :) Après, c'est un genre de littérature que j'adorais lire à un moment donc je ne crache pas dessus.

Walpurgis 20/12/2016 12:38

Tant pis pour Ramsès, peut-être qu'un jour je continuerai.
Après, c'est pas mauvais en soi mais oui c'est très naïf, cucul parfois.
Aucun regret pour La Pierre de Lumière alors ! ;-)