Le Montespan de Jean Teulé

Publié le par Walpurgis

Roman historique

Format poche

Edition : Pocket

Date de parution : 2009

Nombre de pages : 309 pages

Au temps du Roi-Soleil, avoir sa femme dans le lit du monarque était pour les nobles une source de privilèges inépuisable. Le jour où Louis XIV jeta son dévolu sur Mme de Montespan, chacun, à Versailles, félicita le mari de sa bonne fortune. C'était mal connaître Louis-Henri de Pardaillan, marquis de Montespan...

Depuis que j'ai été conquise par Charlie IX, j'apprécie Jean Teulé et j'ai lu quelques-uns de ces romans. On m'a conseillé celui-ci, Le Montespan.

Au début, c'est une merveilleuse histoire d'amour. Louis-Henri et Françoise (avant de se rebaptiser Athénaïs) s'aiment d'un amour passionné et très sexuel (de vrais lapins !). Deux enfants viennent couronner ce mariage, le hic : ils sont pauvres malgré leur noblesse. Alors quand la belle Athénaïs se fait remarquer par Louis XIV, elle prend ses cliques et ses claques pour s'installer à la cour, abandonnant mari et enfants.

Malgré les fantaisies de Jean Teulé : vocabulaire "vulgaire", situations farfelues ou ridicules... j'ai été très touchée par l'histoire du marquis de Montespan. Un homme qui, malgré "l'honneur qui lui est fait", n'accepte pas d'être cocu. S'ensuit une guerre psychologique contre le roi Louis XIV, une guerre qui le mettra dans des situations ridicules mais aussi en prison. Le pire est de voir l'indifférence que ressent la marquise de Montespan. C'est terrible surtout vis à vis de ses enfants.

Jean Teulé dresse un portrait sans complaisance du monarque mais surtout de sa cour, cruelle à souhait envers les personnes répudiées. La situation de la noblesse est vacillante. S'ils veulent s'élever dans la hiérarchie ou tout simplement gagner de l'argent, la guerre, la lèche ou la présence de leur femme dans le lit du souverain semblent être les seuls moyens pour vivre honorablement. On savait que Louis XIV régnait avec une poigne de fer, aimant humilier la noblesse suite à son traumatisme de la Fronde, ce roman le montre sans concession.

Même si le ton paillard peut décontenancer, j'ai aimé cette plongée dans les pensées du marquis de Montespan car sa seule malchance est d'avoir trop aimé.

 

Publié dans Historique

Commenter cet article

Mr K 19/12/2016 12:39

C'est pas loin d'être mon préféré aussi, je lui mettrai devant le Teulé "Je, François Villon" qui dépote bien aussi dans son genre. ;)

Walpurgis 19/12/2016 19:07

Ah génial ! Je l'ai dans ma PAL !!! Ca promet ^^

Pauline 18/12/2016 09:30

Je pense que c'est mon préféré de l'auteur ! La BD est très bien aussi. Quelle histoire ! La plume de Jean Teulé avait tout pour s'amuser.

Walpurgis 18/12/2016 11:39

C'est vrai que c'est une histoire pas banale qui permet à la truculence de Jean Teulé de se développer !!!
Je verrai pour jeter un coup d'oeil à la BD.