La Nuit bengali de Mircea Eliade

Publié le par Walpurgis

Drame

Format poche

Traducteur : Alain Guillermou

Edition : Folio

Date de parution : 2007

Nombre de pages : 279 pages

Allan, jeune ingénieur européen, travaille aux Indes.
Son chef, un Bengali, l'admet dans sa famille et veut l'adopter. Mais un violent amour naît entre Allan et la fille de la maison, Maitreyi. Amour contrarié par la religion, les mœurs, le mystère de l'âme de la jeune fille. Mais amour que le temps ne pourra effacer, et qui se prolongera dans la jalousie et le regret. Une figure féminine inoubliable et un roman qui agit comme un sortilège.

Pendant mes études de socio-anthropologie, j'ai beaucoup entendu parler de Mircea Eliade, anthropologue spécialisé en religions. C'est avec curiosité que j'ai voulu le découvrir autrement, avec l'un de ses romans.

On plonge au coeur de l'Inde où Allan, un ingénieur occidental, travaille auprès d'un chef bengali qu'il affectionne. La réciproque étant vraie, il vient s'installer dans la famille malgré les protestations de ses amis métis. Il découvre avec joie les mystères de l'Inde.

Allan est comme enivrée par la beauté de ce pays, ses traditions, la gentillesse de ses hôtes. Il découvre avec émerveillement qu'il fait partie de la famille et son rapprochement avec Maitreyi, adolescente de 16 ans, le plonge petit à petit dans une passion folle.

Au-delà de l'histoire d'amour et du drame qui va en découler, Mircea Eliade démontre que l'occidental (Allan) voit l'Inde par sa propre vision sans s'imprégner de sa culture. Allan a une vision faussée qui va entraîner la famille Sen en pleine tragédie. Pour le jeune homme, la chute sera très dure puisqu'il est dans une totale méconnaissance de la société indienne.

Et Maitreyi ? Elle est intelligente et douée et va vite être emportée par la passion d'Allan. Son audace m'a beaucoup touché, le lecteur sait à quelle point elle risque tout pour Allan. Finalement, elle sait mieux que lui, les enjeux de leur amour.

Ce roman est une jolie découverte pour moi même si la première partie est un peu longue. L'écriture d'Eliade est magnifique, sensuelle et poétique. C'était très agréable de suivre l'histoire d'Allan et de Maitreyi.

 

Commenter cet article