Les guerriers de l'hiver de David Gemmell

Publié le par Walpurgis

Fantasy

Grand format

Edition : Bragelonne

Date de parution : 2006

Nombre de pages : 341 pages

La prophétie était sans équivoque. A la mort des trois rois, le monde serait plongé dans le chaos, et tous les démons bannis au cours des âges réapparaitraient pour que règnent les ténèbres.
Deux des rois sont morts. Le troisième, qui va bientôt naître, est pourchassé par les Cavaliers Démons : les Krayakins, seigneurs des morts-vivants.
Toutes les forces du mal, plus terrifiantes les unes que les autres, traquent la reine enceinte jusqu’aux yeux dans une forêt hanté. Mais elle n’est pas seule. Trois guerriers la protègent, les derniers survivants de l’ancienne armée drenaïe autrefois si fière. Trois vieillards, d’anciens héros, démis par le roi : Nogusta le maître épéiste, Kebra l’archer légendaire et Bison, le colosse au grand cœur. Le sort de l’empire repose sur leurs talents passés. Pourront-ils sauver le futur roi dans ce monde en prise à la tourmente ? Il y a quarante ans, sans doute, mais aujourd’hui…

Beaucoup adorent David Gemmell mais je trouve qu'il est surestimé et c'est le cas pour la saga drenaï qui est inégale selon les tomes. Les Guerriers de l'hiver a l'originalité de proposer des personnages inconnus de la saga. Les héros sont trois vétérans drenaïs renvoyés chez eux après plusieurs années passées en Ventria. Ces trois héros sont Nogusta, Bison et Kebra. Ils sont amis et sont des guerriers d'exception sauf qu'ils ont tous plus de 50 ans... Le héros vieillissant, une récurrence chez Gemmell. C'est un peu ça qui m'agace avec cet auteur, les livres de la saga drenaï ont de trop fortes similitudes pour que le lecteur soit surpris.

Suite à une prophétie, la reine ventrianne, enceinte, fuit en compagnie de Dagorian, un jeune officier. Ils rencontrent nos vétérans et vont s'associer pour lutter contre les démons qui souhaitent sacrifier cet enfant et ainsi vivre sur le plan terrestre. Ici, il n'y a pas réellement de guerre à proprement parler mais plus de petits combats même si le final ressemble aux batailles tactiques qu'aiment nous écrire Gemmell. L'auteur a le telent indéniable de nous pondre des personnages charismatiques même chez les démons et c'est réussi avec les Krayakins, les héros ou encore le ventrian Antikas.

L'histoire reste classique mais on passe un bon moment. Encore une fois, l'écriture de Gemmel est efficace et le lecteur se laisse emporter. N'empêche que je ressens toujours de l'insatisfaction à la fin de la lecture. J'aimerais être bousculée par Gemmel et ce n'est pas encore arrivé. Il me reste qu'un seul tome à lire de cette saga : Les épées du jour et de la nuit.

Ce livre restera intéressant pour les inconditionnels mais si vous cherchez du nouveau, passez votre chemin.

 

Publié dans Fantasy

Commenter cet article