Un monde sans fin de Ken Follett

Publié le par Walpurgis

Roman historique

Grand format

Edition : Robert Laffont

Date de parution : 2008

Nombre de pages : 1296 pages

1327. Quatre enfants sont les témoins d'une poursuite meurtrière dans les bois : un chevalier tue deux soldats au service de la reine, avant d'enfouir dans le sol une lettre mystérieuse, dont le secret pourrait bien mettre en danger la couronne d'Angleterre. Ce jour scellera à jamais leurs destinées...
Ken Follett nous ramène à Kingsbridge deux cents ans après Les Piliers de la Terre. Quatre personnages vont être les protagonistes de ce roman : Merthin et son frère Ralf, Caris et Gwenda.

J'ai trouvé ces personnages moins attachants que Jack, Aliena ou Tom. Merthin est une pâle copie de son ancêtre Jack même si au final c'est celui que j'ai préféré. Il a beaucoup de créativité et via son personnage, on voit l'évolution de la technique de construction car lui aussi, va être lié à la cathédrale. Caris est un personnage intéressant car féministe avant l'heure, une femme ambitieuse pleine de convictions. Mais je n'e l'ai pas beaucoup aimé vis à vis de sa vie amoureuse avec Merthin, une histoire alambiquée qui n'avait ni queue ni tête à mon sens, me gâchant parfois la lecture. Ralf, le frère de Merthin, est violent, ambitieux mais pas très malin. Il représente un élément perturbateur et imprévisible et à travers son personnage, la face sombre de la guerre et des horreurs commises par les armées anglaises. Quant à Gwenda, elle représente la paysannerie travailleuse mais lésée. Je l'ai trouvée sympathique mais  l'auteur la met de côté pendant plusieurs chapitres et on se demande un peu ce qui se passe.

La représentation de la société médiévale est une réussite. J'ai beaucoup aimé plonger dans cette atmosphère. On sent un vent de changements : médecine, construction, hygiène, condition féminine, condition paysanne. Rien de révolutionnaire cependant car la société est verrouillée par le clergé ou la noblesse. D'ailleurs, les personnages conservateurs des religieux ou des nobles montrent bien toutes leurs ruses pour préserver leurs pouvoirs.

Malgré quasi 1300 pages, ce livre se lit très bien, le style est fluide et agréable. Seul bémol pour les lecteurs des Piliers de la Terre, quelques ficelles scénaristiques vues dans le premier roman sont réutilisées ici, dommage ! Et le fameux secret dont on pense qu'il sera une trame principale n'est au final qu'un pet de mouche.

Même si ce livre est un ton en-dessous des Piliers de la Terre, je le conseille à tous les amoureux d'histoire car cette plongée en plein Moyen-Age est fantastique.

Publié dans Historique

Commenter cet article

Frankie 25/05/2016 09:36

C'est vrai qu'il est moins passionnant que Les piliers de la Terre mais j'ai beaucoup aimé retrouver cet univers moyenâgeux. Certes Merthin est un Jack 2.0 mais je l'ai beaucoup aimé et personnellement j'ai aimé Caris et ses choix. Et comme tu dis le pitch du secret fait un peu pschitt.

Walpurgis 26/05/2016 21:27

C'est vrai que c'est un plaisir de retrouver un univers médiéval aussi bien dépeint. Je suis plus réservée pour Caris comme tu as pu voir. Je préférerai Aliéna dans Les Piliers de la Terre.

Mr K 06/05/2016 22:03

Même si je suis moins sévère, j'ai aussi trouvé ''Les piliers de la terre'' supérieur notamment pour ses personnages vraiment charismatiques. Mais quel bonheur que de se laisser porter par l'écriture et l'évocation de l'époque dans ce volume ci. :)

Walpurgis 07/05/2016 07:38

J'avoue que Caris m'a tellement énervé par moment que ça m'a "gâché" ma lecture. Mais je te rejoins dans ton enthousiasme pour l'écriture et la plongée dans le 14e siècle.