La Recherche de l'absolu d'Honoré de Balzac

Publié le par Walpurgis

Roman classique

Format poche

Edition : Folio

Collection : Plus classiques

Date de parution : 2012

Nombre de pages : 307 pages

La maison Claës abrite une famille éminente de Douai. Heureux, le couple Claës voit son univers bouleversé par l'alchimie. Balthazar semble frôler la folie...

De Balzac, je n'ai lu qu'Eugénie Grandet. J'ai souvent été découragée par son style très dense et ses longues descriptions. La Recherche de l'absolu m'a permis de le relire car c'est un récit plutôt court (moins de 300 pages sans compter le dossier à la fin de cette édition).

J'ai eu quelques difficultés à appréhender ce roman. Les premières pages sont avant tout descriptives : la maison des Claës, leur famille, leur situation. Une fois le cadre posé, Balzac revient à son sujet. L'alchimie dont Balthazar est friand est en train de détruire cette famille heureuse et soudée. Devenu obsédé, Balthazar pourra compter sur sa femme Joséphine et sa fille aînée Marguerite pour combattre ce mal et tenir la maison. C'est donc deux portraits de femmes fortes que nous dépeint Balzac. Par petites touches, il nous montre des femmes intelligentes, bienveillantes et dignes face à Balthazar, drogué de l'absolu.

Le récit montre le chemin tragique que suivra la famille Claës pour étancher la soif de découverte de Balthazar. Plusieurs passages sont explicatifs afin de faire comprendre au lecteur cette science souvent méconnue. On peut alors comprendre l'addiction du personnage vis à vis du but qu'il s'est fixé. Ce livre est plein de passions humaines, aucun personnage n'échappe à celles-ci pour différentes raisons.

Même si je n'ai pas tout à fait aimé le livre, j'ai pu redécouvrir Balzac et le voir accessible. Je tenterai peut-être un autre de ces romans plus tard.

Publié dans Classique

Commenter cet article