Fort comme la mort de Guy de Maupassant

Publié le par Walpurgis

Classique

Format poche

Edition : Folio

Date de parution : 1983

Nombre de pages : 331 pages

Olivier Bertin est un peintre renommé, adulé. Il vit depuis douze ans une passion secrète avec une femme mariée et bourgeoise, Anne de Guilleroy. Mais tout est chamboulé avec la réapparition de la fille de celle-ci, Annette.

Par le regard d'Olivier Bertin, Maupassant nous propose un regard acerbe sur la société bourgeoise du XIXe siècle. Faux-semblants, hypocrisie, superficialité, peur de la vieillesse, rien n'échappe à la plume acérée de l'écrivain. Mais Olivier Bertin n'échappe pas à ce traitement. Parvenu au sommet de sa gloire, il n'échappe pas à l'influence bourgeoise. Artiste oui mais de salon désormais.

Alors quand la fraîche Annette fait son entrée dans le monde, il entame sa descente aux enfers. Car désormais à travers Annette, il voit sa maîtresse Anne telle qu'elle était au début de leur liaison. Les souvenirs refont surface, les sentiments s'enflamment mais qui aime-t-il vraiment ?

Au fil de l'histoire, cette question devient une obsession aussi bien chez Olivier que chez Anne. Quant à Annette, douce et innocente, elle ne voit pas le drame se profiler.

Maupassant m'a encore enchanté par ses mots et sa description de la société. J'ai passé un agréable moment de lecture, savourant certains passages délicieusement écrits.

 

 

Publié dans Classique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article