Terres amères de Sandra Benitez

Publié le par Walpurgis

Littérature sud-américaine

Grand format

Traducteur : Nicole Hibert

Edition : Ed. de la Seine

Collection : Succès du livre

Date de parution : 2001

Nombre de pages : 515 pages

En 1932, les paysans du Salvador se révoltent contre les riches propriétaires terriens qui les exploitent. C'est le début d'une insurrection qui sera violemment réprimée : le massacre fera trente mille victimes; hommes, femmes et enfants. D'origine indienne, Mercedes Prieto doit s'enfuir de sa masure avec sa fille, après l'exécution sommaire de son mari par les guardias qui mènent la répression.

Ce roman nous emmène au Salvador dans la vie de deux familles de ce pays : une famille d'indiens et une famille de riches propriétaires terriens qui vont voir leur destin se mêler. La première partie se concentre principalement sur Mercedes Prieto, une indienne, et sa famille. Son mari exécuté, elle fuit avec sa fille Jacinta tout en laissant derrière elle son bébé disparu. Ce postulat de départ prendra tout son sens à la fin du livre...

Via l'histoire de Mercedes, c'est l'histoire du statut des indiens qui est raconté. Méprisés, vus comme des sous-hommes, ils n'ont pas toujours accès à l'éducation et sont quasi esclaves des propriétaires terriens. Une situation qui fait penser à l'esclavage noir aux Etats-Unis même si des différences notables existent. Je trouve juste dommage que le sujet ne soit pas plus creusé car  la priorité de l'auteur reste de nous narrer l'histoire de deux familles salvadoriennes sur plusieurs générations. Toutefois, elle n'oublie pas de faire mention de la répression paysanne qui équivaut à un massacre à grande échelle.

La deuxième partie nous fait découvrir Elena et sa famille. Tout semble parfait jusqu'à une trahison qui fait intervenir un peu de surnaturel. Elena qui aura Mercedes à son service, c'est donc ici que les deux familles voient leur destin se mélanger. Les familles riches du Salvador sont riches du à leur commerce du café ou du coton. Elles possèdent plusieurs propriétés grandes de plusieurs hectares. Leurs caprices se tournent vers l'Europe : voyages, vêtements, parfums... Rien ne semble arrêter leur plaisir. Des familles solides en apparence qui se transmettent le pouvoir.

Cette partie permet d'aborder plusieurs sujets : le statut de la femme avec l'exemple de plusieurs personnages féminins qui s'épanouissent dans les affaires et la réaction que cet épanouissement entraîne au sein de leur couple ou famille. L'appui du gouvernement pour que ces familles gardent leur terre, la présence de la Guardia, les différents coups d'Etat puis enfin la confiscation et la redistribution des terres. Sur ses sujets, j'aurais aimé aller plus loin, là encore tout m'a semblé assez superficiel.

L'auteur a donc privilégié une saga familiale au détriment des évènements historiques. Si j'aurais aimé en savoir plus sur le Salvador, l'histoire reste intéressante et les différents évènements qui jalonnent la vie des protagonistes peuvent nous toucher en plein coeur. Un petit bémol, on aurait pu se croire en plein novelas comme celle présente dans le livre, un petit clin d'oeil de l'auteur sans doute.

En conclusion, un livre qui a le mérite de parler du Salvador et d'informer sur son histoire. Si les sagas familiales vous plaisent, n'hésitez pas à lire ce roman.

 

Commenter cet article

Sophie 19/11/2015 21:23

L'aspect saga familiale d'amerique du sud m'a tout de suite fait penser a Isabel Allende, une de mes auteurs preferes. On a deja du en parler mais j'ai oublie.
Mais elle s'attache bcp plus a l'histoire du pays (Chili). J'adore ce genre de livres mais tu m'as moyennement donne envie du coup :)

Sophie 19/11/2015 21:37

Oui pourquoi pas ! Si tu veux tester le chef d'oeuvre d'isabel allende (et chef d'oeuvre tout court) essaie La maison aux esprits. J'ai rarement autant vibre et souffert lors d'une lecture.

Walpurgis 19/11/2015 21:34

Sur la 4e de couverture il y a un commentaire élogieux d'Isabel Allende (que je n'ai jamais lu) perso je m'attendais à plus d'histoire et moins de pathos. Je peux te le prêter sans soucis si tu le souhaites.