La Guerre des duchesses, tome 1 : la fille du condamné de Juliette Benzoni

Publié le par Walpurgis

Roman historique

Format poche

Edition : Pocket

Date de parution : 2014

Nombre de pages : 419 pages

Le 21 juin 1627, François de Montmorency-Bouteville est décapité en place de Grève. Il laisse une jeune épouse de vingt ans, deux petites filles et un garçon à naître. La famille aurait sombré dans la misère si la princesse Charlotte de Condé, leur cousine, ne se chargeait d’élever les enfants selon leur rang. Isabelle, la cadette des filles, va s’éprendre très tôt du duc d’Enghien, futur Grand Condé. Il a six ans de plus qu’elle et la dédaigne jusqu’à ce qu’elle devienne une ravissante jeune femme, ce qui n’est pas pour plaire à Anne-Geneviève, future duchesse de Longueville, très belle et très adulée mais qu’un sentiment trouble unit à son frère Enghien. Elle ne tolère pas qu’il aime ailleurs et se comporte en conséquence… La guerre larvée qui durant des années va opposer Isabelle, devenue duchesse de Châtillon, à Mme de Longueville prendra une nouvelle dimension avec la Fronde, cette longue révolte où l’ami d’hier devient l’ennemi de demain…

Premier roman que je lis de cet auteur, La Guerre des duchesses est une duologie. Ce premier tome La fille d'un condamné nous fait rencontrer Isabelle de Montmorency-Bouteville, l'héroïne de la saga. Isabelle est une jeune femme pleine de caractère, vive, intelligente. De plus, elle est aussi très belle et éprouve un amour ardent pour son cousin Condé.

La relation entre Isabelle et Condé est le point d'ancrage du roman. entre amour et répulsion, Isabelle et Condé vont devenir à la fois amis et ennemis. C'est une relation complexe où Isabelle représente la raison et la sagesse tandis que Condé personnifie la violence, la déraison, la passion.

Outre notre couple maudit,  il y a Anne-Geneviève, soeur de Condé amoureuse de son frère et tout aussi déraisonnable, Gaspard de Coligny, ami de Condé ou encore le petit frère d'Isabelle, François, admiratif devant son cousin. De façon plus furtive, nous voyons la famille royale : Anne d'Autriche, le dauphin Louis (futur Louis XIV) et leur ministre Richelieu.

La première partie du roman est largement consacrée à l'enfance et l'adolescence d'Isabelle et malheureusement je n'ai pas trouvé cela très passionnant. Toutefois, notre héroïne se montre pleine de ressources et a réussi à me charmer malgré cet amour naïf pour Condé. La rivalité qui la lie à Anne-Geneviève la mènera très loin. Mais l'évènement qui va bousculer la vie d'Isabelle et des autres protagonistes est la Fronde Et même si cette période historique n'a pas mes préférences, j'ai aimé plonger au sein de ce passé et découvrir des choses passionnantes.

La Fronde est une période violente et trouble où le pouvoir royal est menacé par les parlementaires soutenus par le peuple, avant une deuxième phase où les princes se révoltent aussi. Le peuple, volage, ne cesse de changer de camp et certains aristocrates, bourgeois ou religieux jouent double jeu. On ressent aussi une profonde xénophobie envers la Reine-mère, Richelieu et plus tard Mazarin (à voir dans le tome 2). Il était donc très intéressant de voir tous ses aspects qui ont mené à cette escalade de violence et à la guerre civile et surtout à ce qui a façonné Louis XIV.

On apprend aussi beaucoup sur la vie quotidienne des aristocrates, l'étiquette à la cour et dans les salons, la vie culturelle entre poésie, préciosité et romanesque.

En conclusion, un roman un peu long à démarrer mais qui nous fait découvrir toute une époque et une héroïne attachante.

 

 

 

Publié dans Historique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article