Chroniques des vampires, tome 8 : le sang et l'or d'Anne Rice

Publié le par Walpurgis

Littérature fantastique

 

Format poche

Traducteur : Michelle Charrier

Edition : Fleuve Noir

Collection : Thriller Fantastique

Date de parution : 2004

Nombre de pages : 630 pages

 

De tous les vampires imaginés par Anne Rice, Marius est sans doute le plus civilisé, le plus raffiné. Philosophe et artiste, mentor de Lestat et Armand qui, comparés à lui, font figure d'enfants turbulents, gardien d'Enkil et Akasha, il émane de lui une sorte de sagesse et de sérénité. Peut-être cela s 'explique t-il par le fait qu'il a été un témoin privilégié de la grandeur et la décadence de l'Empire romain, a assisté à l'épanouissement de Constantinople, puis découvert la Renaissance italienne. Mais quelqu'un de cette stature ne peut que se faire des ennemis. Car il y a aussi, parmi les vampires, des barbares, assoiffés de sang, qui commencent à se réclamer de Satan.

 

Huitième tome des Chroniques des vampires, le sang et l'or traite de l'histoire de Marius, mentor d'Armand et de Lestat.  Qui est ce vampire considéré comme un sage par ses semblables ?

Ecouté par Thorne, vampire sorti d'hibernation, Marius se fait narrateur et lui conte sa vie séculaire. Transformé dans l'Antiquité par un dieu-vampire, il va traverser les époques jusqu'à aujourd'hui. La Renaissance sera une période charnière pour lui.

On assiste donc à un merveilleux voyage dans le temps où Marius, amateur d'art, nous montre les plus exquises créations. Son amour artistique atteint son paroxysme avec une passion déraisonnée pour le peintre Sandro Botticelli. Une chance que je connaisse la plupart de ses oeuvres, ce qui m'a aidé à comprendre cet amour.

Marius sera un vampire solitaire même entouré. Gardien des souverains, il connaîtra des amours trop intenses et des haines trop aiguisées. Finalement, Marius a gagné durement sa sagesse.

Lorsque l'histoire est finie, un final déroutant nous attend. Encore une fois, les vampires sont victimes de leur mélancolie qui les conduit aux actes les plus fous.

La plume d'Anne Rice m'a emporté encore une fois et ce, sans lassitude aucune.

Publié dans Fantastique

Commenter cet article