Rêves de Russie de Yasushi Inoué

Publié le par Walpurgis

Littérature japonaise

 

Traducteur : Brigitte Koyama-Richard

Edition : Phébus

Date de parution : 2005

Nombre de pages : 284 pages

 

A la fin du XVIIIe siècle, Daikokuya Kôdayû, capitaine du Shinshômaru, poussé vers le nord avec ses compagnons, fait naufrage aux abords d’une île située juste au sud du détroit de Béring. La moitié des survivants périt faute de pouvoir s’habituer au terrible climat. Les autres apprennent à vivre en imitant les sauvages de l’endroit et en se liant à quelques aventuriers russes exilés dans les parages, dont ils apprennent la langue et les coutumes. Les aventures du brave Daikokuya ne font que commencer…

 

Ahlala ! Quelle déception ! Rêves de Russie me faisait saliver avec son histoire tirée de faits réels où un équipage japonais doit apprendre à s'acclimater en Russie en attendant le retour au pays. Malheureusement, ce récit ne m'a jamais touché ou enthousiasmé mais pourquoi ?

L'histoire est très intéressante, le sujet de la confrontation entre deux civilisations différentes est toujours souce d'enseignements et de situations cocasses, gênantes ou drôles. Mais ici, le récit est noyé sous l'écriture très documentaire de l'auteur. Celui-ci préfère nous soûler de chiffres, d'informations parasites au lieu de se concentrer sur l'essentiel : la psychologie des personnages.

Evidemment ce trait est présent mais pas assez à mon goût. On n'est peu dans la tête de ces naufragés mis à part le capitaine Kôdayû. On s'ennuie beaucoup tels nos héros dans ces grandes plaines glacées ou dans la merveilleuse St Pétersbourg.

A noter que l'administration russe était aussi tortueuse que peut l'être la nôtre actuellement !!! Quant à la fin, elle fait mal au coeur pour nos héros.

Je m'attendais donc à beaucoup et j'ai été très déçue par ce côté trop documentaire du livre. J'aurais préféré une sorte de carnet de voyage.

 

Lu dans le cadre de l'

17/26

 

 

 

Publié dans Déceptions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article