Niourk de Stefan Wul

Publié le par Walpurgis

Littérature SF

 

Edition : Denoël

Date de parution : 1977

Nombre de pages : 220 pages

 

La Terre n'est plus qu'un vaste désert. Des monstres engendrés par d'antiques technologies radioactives hantent ce qu'il reste des océans - quelques lacs d'eau saumâtre, rien de plus. Dans ce monde âpre, un enfant noir, rejeté par tous les membres de sa tribu, se met en route vers Niourk, la ville mythique, peuplée de fantômes. Au bout de cette quête se trouve peut-être le moyen de redonner vie à notre Terre assassinée.

 

Niourk est un classique de la SF, Stefan Wul y décrit un monde post-apocalyptique entre passé et futur. Mêlant des thèmes aussi divers que la religion, l'écologie, les sociétés de cueilleurs-chasseurs, l'auteur nous embarque dans une aventure incroyable et passionnante. Seule la dernière partie traitant de Niouk m'a moins plu.

Il n'y a pas si longtemps, j'ai lu Le Monde vert de Brian Aldiss et si les livres sont différents dans le traitement de l'histoire, certaines similitudes y sont présentes comme cette tribu primitive. Chez Stefan Wul, tout semble mieux exploité notamment les personnages auxquels on s'attache. Le petit garçon noir, bien que paria, a l'instinct de survie en lui et va nous mener vers des aventures extraordinaires.

J'ai vraiment apprécié cette lecture même si l'arrivée à Niouk nous a fait glissé insidueusement vers un monde moderne et m'a un peu laissé perplexe voire déçu. J'aimais tellement ce côté primitif, très bien traité, qu'arriver au milieu de robots m'a décontenancé.

Une bien jolie histoire qui se dévore toute seule !!!

 

Livre lu pour l'

14/26

Publié dans SF

Commenter cet article