Les Annales de la Compagnie Noire, tome 7 : saisons funestes de Glen Cook

Publié le par Walpurgis

Fantasy

 

Format poche

Traducteur : Alain Robert

Edition : J'ai Lu

Date de parution : 2009

ISBN : 9782290008188

Nombre de pages : 411 pages

 

Murgen a repris les annales laissées par Toubib, décédé sur le champ de bataille. Madame a disparu elle aussi. Mogaba a pris la Compagnie Noire sous son commandement mais des dissensions apparaissent.

 

Saisons Funestes est particulier, jouant sur plusieurs tableaux chronologiques, Glen Cook nous embrouille l'esprit. Après déduction ce tome se situe quasi en parallèle avec le tome consacré à Madame : Rêves d'acier.

Murgen est donc le nouvel annaliste de la troupe. Victime d'un sort, il ne cesse de voguer entre passé et présent, ce qui perturbe grandement le lecteur. On ne sait plus ce qui est le présent entre le siège de Dejagore ou son dénouement, plusieurs chapitres sont nécessaires avant de comprendre ce qui arrive à Murgen. La confusion est aussi réelle pour le personnage que pour le lecteur, si tel était le but de Cook c'est très réussi !

Mais que se passe-t-il lors de ce tome ? Comme à son habitude, la Compagnie vit des heures désespérées. Réduite à peau de chagrin, menée par un dictateur et écrasée par le sorcier Tisse-Ombre, on sent la fin proche. Ca serait mal connaître la Compagnie qui par sa vieille équipe va tout faire pour survivre. Murgen n'est pas seul et parmi ses fidèles acolytes, nous retrouvons Qu'un Oeil et Gobelin les sorciers, prêts à tout pour conserver la Compagnie.

AU final, ce tome n'est pas inintéressant mais il donne peu d'éléments nouveaux et surtout la confusion entretenue par l'auteur rend difficile la lecture. J'espère que la suite sera meilleure car ce 7e opus et le précédent La Pointe d'argent étaient en deçà du reste de la saga.

Publié dans Fantasy

Commenter cet article